Accompagner par le rire

En tant que clown humanitaire, Guillaume Vermette visite orphelinats, camps de réfugiés et écoles secondaires pour faire rire et informer!

Guillaume a entrepris des études pour devenir psychologue. Pour payer ses études, il faisait du clown. C’est ainsi qu’il a trouvé sa voie. Il a aujourd’hui sa propre entreprise d’animation qui l’amène à faire rire les gens de partout à travers le monde. Avec son métier de clown, il a près de 20 voyages humanitaires à son actif.

 

Difficile de croire que l’anxiété occupe une grande place dans la vie de ce globe-trotter enjoué. Et pourtant, Guillaume vit avec un trouble de l’anxiété généralisé depuis son enfance. Ce n’est qu’à l’âge de 15 ans qu’il a pu enfin identifier son mal. À partir de ce moment, il a tout fait pour le combattre et le confronter.

 

En 2015, il a fait une crise d’anxiété significative qui l’a obligé à cesser de travailler. Cette épreuve a été déterminante pour lui : il a décidé d’entreprendre une tournée des écoles secondaires pour démystifier les troubles de santé mentale auprès des jeunes.

Ça me ferait plaisir de redonner aux autres... je me sens une vocation.

À qui nous fait-il penser?

 

Pour certains personnages de la série Au secours de Béatrice, accompagner est une vocation.

 

Pensons à Ginette « Gin » qui, d’un côté, a toujours été présente pour Béatrice et sa mère puis, de l’autre, donne des ateliers à son travail pour aider les personnes âgées.

 

Il y a aussi Jean-Gilbert qui en plus d’être présent pour ses collègues et ses patients a donné beaucoup de temps à un organisme venant en aide aux gens souffrant du VIH et à leurs proches.

Guillaume | photo 3

Pistes de réflexion

  • À l’adolescence, auriez-vous aimé avoir un jeune homme accessible comme Guillaume qui vous explique l’anxiété et qui vous met la réalité en face?
  • Quelle importance accordez-vous au rire et au sourire dans votre quotidien?
Publicité
Publicité