Mardi 21h

L’Heure bleue

La maternité
adolescente
Découvrez les histoires de femmes qui sont devenues mamans très jeunes et les impacts sur leur vie et celle de leurs proches. Ce dossier propose également des informations et des ressources pour accompagner les jeunes parents.
 

La vie sociale

Témoignage
Est-ce difficile de demander de l'aide ?

Est-ce qu’on arrive à profiter (plus) de sa maternité en étant jeune maman?

Je suis tombée enceinte à 26 ans. Si pour certaines personnes c’est quand même un âge correct (ma mère m’a eue à 25 ans), disons qu’à cet âge, je n’étais pas dans une position qui me faisait me sentir bien bien adulte. J’étais encore à l’école après 10 ans d’études postsecondaires, je n’avais pas d’emploi à temps plein, et j’étais entrepreneure depuis 2 ans avec un site internet. Disons que l’âge y était, mais la maturité, la pleine maturité celle qui te fait comprendre que ça va être correct, je la sentais un peu moins.

Quand on m’a demandé si j’ai bien profité de ma maternité en ayant mon enfant à 27 ans, ça m’a un peu fait de la peine. C’est que je pense que le contexte dans lequel j’ai eu mon enfant était difficile. Je n’ai pas senti que j’avais profité de mon congé de maternité parce que j’ai dû continuer de travailler parce que – principalement – en étant étudiante lors qu’on a un enfant, on a pas mal juste le choix de continuer l’école pour être capable de survivre.

Je pense aussi qu’on met beaucoup de pression sur les jeunes mamans en leur demandant de performer leur maternité un peu comme des bonnes notes à l’école. On demande à des jeunes mamans sous prétexte que c’est leur choix de devenir maman avant d’avoir passé les étapes classiques du mariage, maison, job stable et enfant de réussir l’image parfaite de la maternité parfaite et en contrôle sans se poser de questions et en essayant de donner la meilleure performance.

D’un autre côté par contre, je pense qu’avoir eu mon enfant plus jeune m’a donné une espèce d’énergie qui n’a jamais cessé. Comme je suis considérée comme une milléniale, j’ai vraiment voulu inclure mon enfant dans chacune de mes activités. Que ce soit pour un premier voyage lors de ses 4 mois à Hawaii ou bien lors de toutes nos week-ends et nos aventures, il a toujours fait partie du portrait.

Naïvement, je l’ai trainé partout, lors de mes différentes activités de travail, lors de festival de musique, lors de festival de mode, à des défilés, même dans des voyages autour du monde. Je pense que cette espèce d’insouciance qui a marqué mon début de maternité m’a servi plus qu’autre chose à ne pas me mettre de limite au niveau de la vision qu’on pouvait avoir de ma maternité. Je suis l’école d’au pire on s’arrange. Et c’est ce que j’ai toujours fait.

Alors est-ce qu’n profite plus de sa maternité en ayant ses enfants en étant plus vieux? Oui surement! On profite plus de sa vie avant pour faire certaines choses, mais pour moi, ça juste permis d’inclure plus mon enfant dans mes expériences et mes aventures, ce qui me fait me dire qu’au final, j’en ai aussi bien profité!

Josiane Stratis

Ressources
(418) 522-5139
Mères et monde se consacre, depuis 1999, à l’amélioration des conditions de vie des mères de 16 à 30 ans et de leur famille.
Voir le site
(450) 348-4330
Jeunes mères en action a pour mission d’offrir des services spécialement adaptés aux besoins des jeunes mères à faible revenu vivant avec des problématiques comme la situation de monoparentalité, la pauvreté, la sous-scolarisation, l’isolement et autres problématiques connexes dans le but d’améliorer leurs conditions de vie et celles de leurs enfants.
Voir le site
1 800 361-5085
LigneParents est un service d’intervention accessible jour et nuit, gratuit, confidentiel et offert par des intervenants professionnels à tous les parents d’enfants âgés de 0 à 20 ans du Québec.
Voir le site
(418) 684-0050
Nous reconnaissons les parents comme les "véritables experts" de leur(s) enfant(s) et les accueillons dans le plus grand respect, sans les juger et sans distinction de classe sociale, de type de structure familiale, de race ou de religion. Nous faisons confiance au potentiel du parent et nous visons à le guider et à l'outiller sans lui imposer de solutions ou de méthodes préconçues. Nous croyons que le parent est maître de ses actions et qu'il reste le mieux placé pour intervenir auprès de son (ses) enfant(s) en étant pleinement conscient de ses propres capacités et limites, de celles de ses enfants, de sa réalité familiale et du contexte dans lequel il intervient.
Voir le site

L'autonomie

Témoignage
L'autonomie - un autre aspect de la liberté

La grossesse à l’adolescence

Les recensions des grossesses à l’adolescence démontrent que de 1980 à 2008 au Québec, le taux de grossesse à chuter, et ce, autant dans le groupe d’âge des 14-17 ans que dans le groupe des 18-19 ans. De plus, le taux de naissance à terme a aussi diminué chez ces deux groupes. En 1980, il était possible d’observer 5.9 naissances sur 1000, alors qu’en 2008, 3.1 naissances étaient observées chez le groupe des 14-17 ans. Du côté du groupe des jeunes femmes de 18-19 ans, les statistiques démontrent une diminution de 8.8 points de pourcentage entre 1980 et 2008 (Gouvernement du Québec, 2018). Ce phénomène est aussi constaté sur le terrain. Les grossesses à l’adolescence surviennent de plus en plus tard et de moins en moins, heureusement.

Pour ces jeunes filles qui décident de poursuivre leur grossesse, plusieurs ressources différentes existent pour venir en aide aux jeunes mères et pour venir combler différents besoins. Tout d’abord, le gouvernement met en place des services de santé qui viennent appuyer les jeunes mères avant et après la grossesse à l’aide d’une équipe interdisciplinaire (infirmières, travailleurs sociaux, nutritionnistes et d’éducateurs). Ensuite, il existe des ressources d’hébergements qui offrent des appartements supervisés ou non à moindres coûts aux jeunes mères. Puis, des institutions scolaires existent et permettent aux jeunes femmes qui le désirent de poursuivre leurs études dans un établissement pendant leur grossesse et après la naissance de l’enfant. Enfin, il existe un organisme communautaire ; le Petit Revdec qui permet aux jeunes mamans de briser cet isolement social qui survient parfois lorsqu’une jeune femme fait le choix de poursuivre une grossesse malgré son jeune âge. En effet, comme toutes les mères, ces jeunes femmes vivent de nombreuses inquiétudes par rapport au développement de leur enfant et comme elles se sentent plus vulnérables, elles ne vont pas chercher les ressources nécessaires par peur du jugement des autres. Sans oublier que lorsqu'une adolescente décide de poursuivre une grossesse, cela ne signifie pas que son réseau social est en mesure de la supporter adéquatement dans sa nouvelle réalité de mère, c’est pourquoi le Petit Revdec existe depuis 1992. Cet organisme a réussi à développer à travers le temps une solide expertise auprès des mères de 12 à 22 ans en leur apportant une écoute et un soutien adapté à leur réalité. Celui-ci permet aux jeunes mères de se rassembler entre jeunes femmes vivant les mêmes défis pour favoriser l’entraide, mais aussi pour qu’elles développent leur confiance en elle. Celles-ci sont souvent jugées par rapport à leur rôle de maman en raison de leur jeune âge et non sur leur capacité réelle à prendre soin de leur enfant. C’est un poids difficile à porter quotidiennement pour de nombreuses jeunes mères. C’est pourquoi le Petit Revdec fonctionne par modelage. Ainsi, les mamans peuvent reproduire à la maison les jeux, activités, comptines, chansons, interventions, etc. et cela leur permet donc d’être plus outillées dans leur rôle de maman.

En plus de permettre aux jeunes mères de continuer leur scolarité et de participer à divers ateliers d’apprentissage par projet, une des particularités du Petit Revdec est que l’organisme possède à même ses locaux une halte-garderie. L’avantage d’avoir une halte-garderie sous le même toit permet aux jeunes mamans de se sentir en confiance. En effet, ces jeunes femmes doivent apprivoiser l’étape de la séparation avec leur enfant et souvent elles se sentent insécures et craintives vis-à-vis d’adultes, d’intervenants et/ou d’étrangers. Ainsi, le fait qu’elles puissent voir et entendre ce qui se passe dans la halte-garderie les rassure. De plus, elles ont aussi la possibilité de participer aux activités avec leur enfant et de passer du temps à la halte-garderie, ce qui leur permet de constater que c’est un milieu sécurisant pour leur enfant. En d'autres mots, ce service leur permet une flexibilité et une accessibilité qui n'est pas possible dans un milieu de garde conventionnel.

Pour conclure, toutes ces ressources ont pour mission de venir en aide aux personnes en situation de vulnérabilité, notamment aux jeunes mères, afin de les outiller pour qu’elles puissent offrir un encadrement adapté, un environnement sécurisant et un meilleur avenir pour leurs enfants.

Toute l’équipe du Petit Revdec

Bibliographie Gouvernement du Québec. (2018). Statistiques de santé et de bien être selon le sexe - Tout le Québec. Repéré à http://www.msss.gouv.qc.ca/professionnels/statistiques-donnees-sante-bien-etre/statistiques-de-sante-et-de-bien-etre-selon-le-sexe-volet-national/taux-de-grossesse-a-ladolescence/

Ressources
(514) 596-4240
L’école secondaire Rosalie-Jetté accueille des adolescentes enceintes et des jeunes mères qui viennent de la grande région métropolitaine de Montréal, et qui ont pris la décision de poursuivre leurs études. Elles trouvent à Rosalie-Jetté un milieu adapté à leurs besoins.
Voir le site

 

Maman va à l’école est un organisme québécois sans but lucratif ayant pour objectif d’aider les mères de famille monoparentale à obtenir un premier diplôme et à intégrer le marché du travail, tout en développant leurs habiletés parentales.
Voir le site
(514) 899-5499
Nous sommes un milieu de vie et d'apprentissage adapté à leur situation et à leur âge. Le Petit Revdec s'adresse aux jeunes filles enceintes ou mères de 22 ans et moins. Les mamans proviennent de tout le territoire de Montréal.
Voir le site
(514) 341-0254
L'association Cigogne est un organisme qui accueille les parents qui étudient à l'Université et au CÉGEP. Nous sommes doté d'une mission toute particulière. Aucun autre organisme ne vient en aide spécifiquement aux parents étudiants. C'est une réalité bien particulière, car avoir des enfants demande déjà beaucoup d'énergie, il faut un courage exceptionnel pour retourner ou simplement poursuivre des études! Selon une étude, c'est un phénomène inquantifiable, mais de plus en plus présent.
Voir le site
(514) 282-1882
Mères avec pouvoir est un organisme à but non lucratif visant à favoriser l'autonomie et l'intégration sociale et professionnelle de femmes cheffes de familles monoparentales à faible ou modeste revenu avec enfants de la naissance à cinq ans.
Voir le site

Les grands-parents

Témoignage
Ressources
(514) 252-3017 / 1 800 828-3344
Le Réseau FADOQ est le plus grand organisme d’aînés au Canada, avec plus de 500 000 membres, 730 clubs, 16 regroupements régionaux et quelque 17 000 bénévoles. Fort d’une longue et fructueuse tradition de près d’un demi-siècle, il demeure bien de son temps et est plus que jamais un joueur indispensable sur l’échiquier d’un Québec à la population vieillissante.
Voir le site
(514) 745-6110 / 1 866 745-6110
L’Association des grands-parents du Québec est un organisme national voué à la défense des droits et des intérêts des grands-parents, des petits-enfants et des familles élargies. Nous venons en aide aux grands-parents, aux petits-enfants et aux aînés.
Voir le site
Les Maison des grands-parents sont des regroupements d’aînés bénévoles qui choisissent de s’engager auprès des jeunes et des familles. Ce sont des milieux de vie, des lieux d’action et d’entraide entre les générations où se forgent des liens du cœur, assurant ainsi le maintien d’une société plus solidaire et, par conséquent, en meilleure santé. Les membres des Maisons collaborent ainsi à une œuvre collective par le passage du témoin entre ceux qui ont accumulé de l’expérience et ceux qui affrontent l’avenir.
Voir le site

Les enfants devenus grands

Témoignage