De retour à l'automne 2018

L'Écho de Sainte-Alice

Partager

L'Écho de Sainte-Alice

Chargement

Le Carré de Sable : un nouveau souffle créatif pour les jeunes en...

Le Carré de Sable : un nouveau souffle créatif pour les jeunes en difficulté

Après le lancement d’un nouvel album (son premier en dix ans!), l’auteure-compositeure-interprète Brigitte Francoeur travaille depuis plusieurs mois à un projet d’un tout autre ordre: la création d’un centre à vocation artistique dédié aux jeunes pris en charge par la DPJ.  

 

« Ça a été une genre d’épiphanie l’an dernier, nous raconte Brigitte.  J’ai donné une couple d’ateliers de musique au centre jeunesse L’Échappée, puis on a donné un petit spectacle à la fin de l’année… Quand j’ai vu comment ça avait affecté les jeunes et à quel point ils étaient déçus que le projet soit fini, ça a commencé à me travailler… »

 

Après avoir invité les jeunes à participer à la création de son dernier album, elle s’est mise à réfléchir à ce qu’elle pourrait faire pour leur offrir un cadre de création permanent : le Carré de Sable était né.  « On a beaucoup discuté avec les éducateurs ici, puis les travailleurs sociaux sur le terrain, puis on a élaboré une formule qui répond à des besoins concrets. »

 

Installé dans les locaux de L’Échappée, le Carré de Sable offrira aux jeunes des ateliers créatifs modulables, au gré des besoins de sa clientèle… qui elle aussi, se renouvèlera régulièrement.  « On va évidemment travailler principalement avec les jeunes du centre, mais on va aussi ouvrir certaines activités à ceux qui sont passés par ici mais sont retournés chez eux, ou dans leurs familles d’accueil », précise Brigitte Francoeur. 

 

Le Carré de Sable offrira des ateliers de musique, de théâtre et d’arts plastiques, et mettra à profit des talents locaux qui pourront s’impliquer à titre de formateurs sporadiques ou mentors.  Le projet est entièrement financé par une fondation privée créée par la chanteuse dans la foulée de son règlement hors cours avec l'homme d'affaires David Lelièvre.  Cette figure bien connue de la région (propriétaire avec son épouse Martine de la célèbre Auberge Lyndsay) avait été arrêté plus tôt cette année dans le cadre d'une affaire d'agression sexuelle remontant à plus de vingt ans.

 

La directrice du centre jeunesse L'Échappée, Noémie Francoeur (NDLR : la sœur de Brigitte), se réjouit de cette initiative qui vient pallier un contexte budgétaire de plus en plus difficile. « On vit sans arrêt avec des coupures qui nous demandent d’en faire autant, mais avec moins… Sans l’aide de la communauté, l’Échappée ne serait pas ce qu’elle est aujourd’hui. »
 
Mais même s’il est bienvenu dans un contexte financier difficile, le Carré de Sable est avant tout né d’un désir très assumé de Brigitte Francoeur de « donner au suivant » : « Moi, c’est la musique qui m’a sauvée.  J’en ai arraché longtemps, puis si j’avais pas eu ma guitare, je ne sais pas ce que je serais devenue.  Si je peux aider d’autres petits artistes à trouver leur chemin… C’est tout ce que j’espère. »

Lire plus

09h24 - 13 février 2018

Partager

David Lelièvre victime d’une agression

David Lelièvre victime d’une agression

L’homme d’affaires David Lelièvre a été victime d’une sauvage agression hier soir à sa résidence de la rue de la Rive.  Alertés peu avant 23h, les services d’urgence sont arrivés sur les lieux juste à temps pour sauver la vie de la victime, qui repose toujours dans un état critique à l’hôpital de Rimouski.  L’homme aurait reçu plusieurs coups à la tête.

Selon nos sources, ce sont des connaissances de la famille qui ont découvert Lelièvre vers 22h30. L’homme gisait apparemment dans son sang au sous-sol de la résidence.

Le service de police s’est fait avare de commentaires, mais tout porte à croire que l’événement ne serait pas qu’une simple invasion de domicile vu qu’aucune trace d’entrée par effraction n’a été relevée sur les lieux.

Rappelons que Lelièvre avait été arrêté il y a quelques semaines pour répondre à des accusations d’agression sexuelle et de voies de fait.  L’affaire avait finalement été réglée hors cour.

Si vous avez des informations sur ce dossier, vous pouvez entrer en contact de façon tout à fait confidentielle avec le sergent Richard L’Espérance de la Police Provinciale. 

Lire plus

09h40 - 9 janvier 2018

Partager

David Lelièvre accusé d’agression sexuelle

David Lelièvre accusé d’agression sexuelle

L’homme d’affaires David Lelièvre a été arrêté hier après-midi et devra répondre à des accusations d’agression sexuelle et de voies de fait dans une affaire qui remonterait à plusieurs années.

Selon nos sources, la plainte aurait été déposée par la chanteuse Brigitte Francoeur, originaire de Ste-Alice.

Francoeur n’a pas retourné les appels de L’Écho. Il semblerait que les faits allégués se soient déroulés à Sainte-Alice en 1996. Ce n’est que récemment que la chanteuse aurait officiellement porté plainte auprès de la police.

Sous le couvert de l’anonymat, plusieurs employés ont confirmé que les enquêteurs se sont rendus à l’Auberge Lyndsay à plusieurs reprises dans les derniers jours pour interroger M. Lelièvre et son épouse.

L’arrestation s’est d’ailleurs déroulée à l’Auberge Lyndsay, propriété de Lelièvre et sa conjointe, Martine Lyndsay. Plusieurs clients de l’auberge se trouvaient sur place et la nouvelle s’est répandue comme une traînée de poudre dans la région. Une vidéo de l’événement, captée via le téléphone intelligent d’une cliente, a même été largement partagée sur les réseaux sociaux.

Bien connu dans le Bas Saint-Laurent, David Lelièvre est reconnu comme un des hommes d’affaires les plus dynamiques de la région. Son épouse, Martine Lyndsay et lui, sont également impliqués au sein de divers organismes caritatifs et communautaires. Lelièvre est notamment membre du C.A. du centre jeunesse L’Échappée, dont la directrice est la sœur de Brigitte Francoeur.

La chanteuse Brigitte Francoeur a quant à elle passé son enfance et adolescence dans la région de Ste-Alice avant de quitter pour Montréal en 1996. Depuis quelques mois, elle semble être revenue s’établir ici, auprès de sa famille.

David Lelièvre a été relâché sous caution quelques heures après son arrestation. Il sera de retour devant les tribunaux dans quelques semaines pour la tenue de son procès.

 

 

 

 

 

 

Lire plus

14h19 - 27 octobre 2017

Partager

Jordan Tremblay de passage à Ste-Alice

Jordan Tremblay de passage à Ste-Alice

La nouvelle s’est répandue plus tôt cette semaine : le producteur Jordan Tremblay, connu notamment pour son travail avec Béa Blu, Mylène Langevin et Brigitte Francoeur, est de passage à Sainte-Alice. L’Écho de Ste-Alice a eu la chance de s’entretenir avec le sympathique mélomane.

 

Q. C’est un plaisir de vous voir à Ste-Alice! Que nous vaut l’honneur de votre présence dans la région?

Merci, je suis vraiment content d’être ici! Comme vous savez peut-être, je travaille avec Brigitte [NDLR : Francoeur] depuis la sortie de son album Laisse-moi, en 1998. Ça fait donc… presque 20 ans! Ouf, ça nous rajeunit pas ça! Bref, Brigitte me tient toujours au courant de ses projets et récemment, elle m’a lâché un coup de fil pour me parler d’une idée qu’elle a eue et qu’elle commence à mettre en branle…

 

Q. Pouvons-nous savoir de quoi il s’agit?

Hum… ok je vous donne le scoop! Ça fait 5 ans que Brigitte travaille sur son nouvel album, mais il n’y avait rien qu’elle trouvait assez satisfaisant. Depuis son retour à Ste-Alice, l’inspiration lui est revenue et elle m’a envoyé quelques chansons. Elle anime aussi des ateliers musicaux au centre jeunesse L’Échappée depuis quelques temps et elle a été vraiment impressionnée par le talent des jeunes. Ça lui a donné l’idée de les faire participer à son album. Elle en a parlé à sa sœur, Noémie Francoeur, qui est la directrice du centre, qui en a parlé aux parents des jeunes et… ils ont décidé d’embarquer!  Je suis donc ici pour travailler avec eux.

 

Q. Travailler avec des jeunes en difficulté, ça ne doit pas être évident?

Dans ce cas-ci, je dois dire que je trippe! Brigitte aussi, partager sa passion avec eux a été une bougie d’allumage… Elle a souvent dit que la musique l’avait sauvée, et je pense que faire découvrir aux jeunes qu’ils peuvent canaliser bien des choses dans la création ça lui a permis de revenir à ce qui l’anime, elle.  Et ça paraît dans ce qu’elle écrit en ce moment. 

 

Q. Est-ce que tous les jeunes participent au projet?

Oui! Mais c’est sûr qu’ils ne sont pas tous chanteurs, alors on essaie de leur donner un aperçu de tous les aspects du métier! Y’en a qui chantent, d’autres jouent des instruments, apprennent à manier la console de son, s’occupent du making of, de la pochette de l’album…

 

Q. Ils sont vraiment choyés de vivre cette expérience! Pouvons-nous savoir ce qu’ils chanteront?

Vous cherchez un deuxième scoop?! Ok, ok, je vais vous le donner…! Les jeunes sont en train d’enregistrer une reprise de la chanson On jase de toi du groupe Noir Silence. Et il y a aussi une ado parmi eux qui enregistrera un duo avec Brigitte. Cette jeune fille a un talent vraiment impressionnant, elle s’accompagne même au ukulélé. [NDLR : conformément à la loi sur la protection de la jeunesse, l’identité des jeunes qui participent au projet demeurera confidentielle.]

 

Q. Et pour les compositions de Brigitte, à quoi pouvons-nous nous attendre?

Ma dernière collaboration avec Brigitte remonte à son deuxième album, Cœur Franc, et c’est encore à ce jour un des albums dont je suis le plus fier. Brigitte est une artiste entière, et il faut qu’elle se laisse l’espace nécessaire à sa création, sans trop tenter de se coller aux tendances… Après son 3e album, Fleur de moi, ça a été plus long pour elle de retrouver son identité. Elle a voulu explorer autre chose mais avec le recul, je pense qu’elle sait que ce n’était pas 100% son style. Je dis pas ça juste parce qu’elle l’a fait sans moi… quoique… haha!  Mais là, les dernières compositions que Brigitte m’a envoyées sont vraiment groundées. Je suis très excité par ce que j’entends.

 

Q. Nous avons vraiment hâte d’entendre ça nous aussi! L’album a-t-il déjà un titre?

Pour l’instant, ça s’appellerait Une chance.

 

Q. Aurons-nous la chance de vous croiser dans les rues de Ste-Alice pour un petit bout de temps?

Ça se pourrait bien! J’ai beaucoup voyagé dans les dernières années et je pense que je suis dû pour un petit break. Être ici m’éloigne un peu du chaos de Montréal et je peux quand même travailler sur mes autres projets à distance, alors c’est parfait!

 

Q. Merci beaucoup pour votre temps et bon succès pour ce beau projet d’album!

Yes, merci à vous!

 

Lire plus

13h54 - 27 octobre 2017

Partager

Une arrestation après la découverte d’un engin explosif artisanal

Une arrestation après la découverte d’un engin explosif artisanal

 

 

L’enquête policière liée à la découverte d’une bombe artisanale au centre jeunesse L’Échappée a mené à l’arrestation d’un jeune résident du centre.

 

Les preuves transmises au Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) ont permis le dépôt d’accusations en lien avec cet incident qui n’a heureusement fait ni dommages ni blessés.

 

Un jeune homme d’âge mineur, dont l’identité est protégée en vertu de la loi, fait face à deux chefs d’accusation, soient usage d’explosif et possession d’engin explosif sans excuse légitime. Les autorités ont confirmé que l’individu est un résident du centre.

 

Le jeune homme doit comparaître au cours des prochains jours à la Chambre de la jeunesse de Rimouski. La police dit détenir des preuves accablantes contre lui.

 

Un autre suspect, une jeune femme d’âge mineur également résidente de L’Échappée, a été relâchée après que les enquêteurs l’eurent interrogée. Elle était soupçonnée de complicité.

 

La présence de l’engin explosif artisanal dans ce bâtiment de la rue Principale a créé une véritable commotion dans le secteur. Selon nos sources, les conséquences auraient pu être funestes, n’eût été de la vigilance du le courage d’une des éducatrices.  Elle aurait semble-t-il désamorcé l’engin explosif après l’avoir découvert dans le local qui leur est réservé.

 

Une équipe d’artificiers avait cependant été dépêchée sur les lieux pour s’assurer que la bombe ne représentait plus un danger. Les activités normales ont repris leur cours peu après dans l’institution.

 

Ce n’est pas la première fois que le centre jeunesse L’Échappée est confronté à un incident nécessitant une intervention policière. Sa directrice, Noémie Francoeur, assure que tous les efforts sont déployés pour encadrer les pensionnaires et assurer leur sécurité et celle du public.

Lire plus

15h10 - 10 octobre 2017

Partager

Alerte à la bombe

13h25 - 10 octobre 2017

Partager

Bastien Grenon remis en liberté

Bastien Grenon remis en liberté

Le présumé pédophile Bastien Grenon a été remis en liberté hier au Palais de Justice de Rimouski à la suite du retrait des accusations qui pesaient contre lui dans une affaire de meurtre.


La juge Luce De Rouen a permis la remise en liberté de Grenon d’ici la tenue de son procès pour pédophilie, mais elle lui a imposé de sévères conditions, dont l’interdiction de se trouver en présence de mineurs de moins de 16 ans, et l’interdiction de posséder ou d’utiliser un ordinateur, un téléphone cellulaire ou un téléphone intelligent. Il lui est également interdit de naviguer sur internet.


D’abord arrêté pour agression sexuelle sur une mineure, Grenon avait par la suite été accusé du meurtre de Maisie Wolfe, cette jeune femme d’origine autochtone disparue à l’été 2013. La découverte du crâne de Wolfe sur un terrain appartenant à Grenon avait mené à son arrestation au printemps dernier. Il était détenu depuis.


Mais au vu de récents développements dans l’enquête, la cour a décidé de retirer les accusations de meurtre contre Grenon. La cour a donc jugé que, bien encadré, Grenon ne représentait pas un danger pour la collectivité et pouvait être libéré, moyennant une caution de 10 000$.


Rappelons que l’homme de 35 ans devra encore faire face à six chefs d’accusation dans une affaire de pédophilie et de pornographie juvénile.


Ancien gérant de projets chez Petrofor, Grenon aurait agressé sexuellement la fille de sa conjointe sur une période de près de neuf ans. Plusieurs images pornographiques mettant en scène des pratiques pédophiles ont également été découvertes sur son ordinateur.


Suite à la plainte déposée par la jeune victime aujourd’hui âgée de 14 ans, Grenon a été accusé d’agression sexuelle sur une mineure, de grossière indécence, de possession, production et distribution de pornographie juvénile, et d’avoir accédé à de la pornographie juvénile.


Grenon sera de retour en cour d'ici quelques semaines pour la tenue de son procès dans cette affaire.

Lire plus

10h12 - 6 octobre 2017

Partager

Un vent de renouveau pour Bout du monde aventure

Un vent de renouveau pour Bout du monde aventure

L’une des entreprises de tourisme les plus populaires de la région va ajouter quelques nouvelles cordes à son arc avec l’arrivée d’une nouvelle directrice générale, Jade Francoeur.  La jeune entrepreneure, impliquée dans l’entreprise familiale depuis déjà plusieurs années, entend miser sur des partenariats prometteurs pour l’économie locale, notamment un circuit de Route Gourmande.

« En France, j’ai vu qu’il existait des circuits sportifs gourmands. Le concept c’est que les gens font du sport dans la journée, puis le soir, ils profitent de la gastronomie locale. Grâce à mon mari, Xavier, qui est cuisinier au centre jeunesse l’Échappée, j’ai appris à connaître tous les producteurs locaux avec qui il fait affaires. J’ai commencé à parler de mon idée à quelques-uns, et j’ai rapidement vu que le projet emballait tout le monde ! »

La jeune femme prévoit cependant adapter le concept à sa manière. La Route Gourmande proposera ainsi différents parcours en vélo, en kayak ou à pied, sous diverses thématiques gourmandes : bières-charcuteries, vins-fromages, boulangerie-pâtisserie et même, le «Goûte-à-tout», pour les plus curieux. Les dégustations se feront tout au long de ces circuits, et non seulement à la toute fin.

Les circuits de la Route Gourmande seront disponibles dès le printemps, les tarifs se situeront entre 80$ et 120$ par personne selon le circuit choisi, incluant le guide, la location d'équipement et les dégustations.

Parmi les autres projets de Bout du monde aventure, à noter que des expéditions d’apnée avec les phoques sont offertes depuis un mois. La jeune entrepreneure se réjouit de la popularité de cette nouvelle offre, malgré le temps froid qui s’installe.

Lire plus

09h35 - 25 septembre 2017

Partager

Mort suspecte

16h28 - 18 septembre 2017

Partager

L'homme retrouvé mort était connu des policiers

L'homme retrouvé mort était connu des policiers

La Police Provinciale a formellement identifié le corps de l’homme retrouvé à l’intérieur de la Chalouperie Bégin & Fils. Il s’agit de Samuel Forget, 32 ans. Forget était connu des milieux policiers pour une série de méfaits reliés aux stupéfiants.
C’est la conjointe de l’individu qui a alerté les autorités après avoir fait la macabre découverte.

Le corps de Forget ne portait aucune marque apparente de violence. Sa mort pourrait avoir été causée par une overdose. Plusieurs cas similaires ont été signalés au Québec ces derniers mois, avec pour premier coupable le Fentanyl, cet opioïdeultrapuissant qui fait des ravages chez les toxicomanes.

Il faudra néanmoins attendre les résultats de l’autopsie avant de connaître les causes exactes du décès.

Entre-temps, les enquêteurs sont toujours à pied d’œuvre pour recueillir un maximum d’indices. La police n’écarte donc aucune hypothèse pour le moment.

Toute personne détenant des informations sur cette affaire est priée de communiquer avec le service de police.

Lire plus

10h08 - 18 septembre 2017

Partager

Brigitte Francoeur hospitalisée à Rimouski

Brigitte Francoeur hospitalisée à Rimouski

L’auteure-compositeure-interprète Brigitte Francoeur a été hospitalisée la nuit dernière pour des raisons qui demeurent pour le moment nébuleuses. Des sources ont confirmé qu’un appel a été logé au 911 après que la chanteuse ait été découverte inconsciente sur la propriété de sa famille à Sainte-Alice. Transportée d’urgence à l’Hôpital Général de Rimouski, Brigitte aurait passé la nuit sous observation. Elle aurait reçu son congé en début de matinée.

Ni l’agent de l’artiste, ni sa famille n’ont retourné les appels de L’Écho. Quant au service de communications de la Police Provinciale, personne n’a désiré commenter l’évènement.

On ne peut donc savoir pour le moment s’il y a un lien entre cet incident et l’important déploiement policier remarqué sur le terrain des Francoeur cet après-midi.  

Née à Sainte-Alice, la chanteuse Brigitte Francoeur est notamment connue pour son succès de l’été 1998, « Laisse-moi », vendu à plus d’un million d’exemplaires.  Après une carrière ponctuée de succès et une vie amoureuse tumultueuse qui a souvent fait le bonheur des journaux à potins, la chanteuse est revenue s’établir à Sainte-Alice il y a un peu plus d’un an.

Lire plus

10h34 - 11 septembre 2017

Partager