Lundi au Dimanche 

6h00 à 10h00

Amour

1. Peggy dans les phares   

Marie-Ève Lacasse     

Flammarion Québec

 

Peggy Roche, ex-mannequin de Givenchy, styliste, journaliste était une figure très respectée dans l’univers de la mode. Elle croisa Françoise Sagan dans une boîte de nuit en 1968 et l’aima en secret jusqu’à sa mort en 1991. Un secret que connaissaient tous leurs proches, mais que la célèbre romancière se refusait à révéler publiquement. Peggy accepta donc de rester dans l’ombre pour ne pas perdre celle qu’elle aimait, celle dont toute la France suivait les frasques comme un feuilleton. Peggy Roche fut tellement discrète qu’elle aurait pu tomber complètement dans l’oubli sans l’intérêt de Marie-Ève Lacasse qui s’est étonnée de ce vide éditorial autour d’une femme si passionnante. Ce magnifique roman  est le résultat de ses recherches, de son attachement à ce personnage fascinant, de sa volonté de nous restituer ces années parisiennes si particulières. L’écriture si fine, si riche de l’auteure nous permet de saisir tout aussi bien le chatoiement d’un tissu que la grâce d’une nuque, l’ivresse de la vitesse, les affres de l’inquiétude amoureuse ou la sensualité d’une étreinte.

  

 2. Les aventures érotiques d’un écorché vif       

Gabriel Anctil    

Quai no.5

 

Mathéo, 35 ans, voit sa vie bouleversée par sa rupture avec Marilou, la mère de ses deux fils. Comment réussira-t-il à retrouver une certaine joie de vivre alors qu’il se sent tellement floué, démoli, dévasté? Grâce à la magie d’une prêtresse vaudoue, il ressuscite et retrouve l’appétit pour les plaisirs charnels en compagnie de complices aussi séduisantes qu’intelligentes, qui lui permettront des incursions dans leur quotidien ou dans leurs rêves, qui permettront à Mathéo de retrouver confiance en lui.

On suit volontiers cet homme à la fois fragile et fort dans les rues de Montréal si bien rendue et jusqu’à l’ensorcelante Barcelone car l’auteur évite les solutions trop faciles et sait rendre autant les doutes que les désirs et les fantasmes de son personnage, son amour si palpable pour ses enfants et sa volonté de trouver un sens à sa nouvelle existence.

 

3. Le motel du voyeur    

Gay Talese      

Editions du sous-sol

 

Gay Talese, roi du journalisme américain, reçoit en 1980 une lettre anonyme : son auteur lui raconte qu’il a depuis 1969 observé les clients de son hôtel à leur insu grâce à des aménagements dans une douzaine de chambres et qu’il a pris des notes sur leurs activités sexuelles. Intrigué, Gay Talese le rencontre et va même jusqu’à pénétrer dans ce grenier où il voit les ébats d’un couple. Il lit le journal de Gerald Foos qui confesse avoir été témoin d’un meurtre mais refuse toujours que son identité soit dévoilée. Talese doit attendre trente ans avant de publier les notes que lui a envoyées Foos tout au cours de ces années. Des notes qui révèlent surtout la frustration sexuelle des Américains et qui permettent à Foos de se dédouaner de ces activités illégales en se comparant à Master’s & Johnson. Et il est vrai qu’il nous présente un portrait de société où il est question de la guerre du Vietnam ou du féminisme. Et il est vrai que ce livre est diablement intrigant et se lit comme un polar. Mais on le referme avec un sentiment troublant : quelle différence y a-t-il entre le voyeur, le journaliste, l’éditeur et le lecteur? Dérangeant…

 

4. Au bonheur des lettres    

Shaun Usher      

Editions du sous-sol

 

Bonheur, oui, de prendre connaissance de toutes ces lettres qui ont traversé les époques et que Shaun Usher a eu l’excellente idée de rassembler en nous présentant leurs auteurs et le contexte dans lequel elles ont été rédigées. Il y a évidemment des lettres d’amour empreintes de passion comme celles de Jack London, Raymond Chandler, Edith Wharton ou celle, déchirante d’Abream Scriven, un esclave qui dit adieu à sa femme car il a été vendu à un nouveau maître, mais également des missives qui révèlent l’admiration ou la complicité entre artistes, Baudelaire à Wagner, John Lennon à Eric Clapton, des testaments tel ce mot de Che Guevara à ses enfants «Devenez de bons révolutionnaires», des lettres pleines de fantaisie, d’humour, ou de dignité. L’humour so british de Churchill, l’enthousiasme de Janis Joplin, la colère d’Eleonor Roosevelt sont palpables. Tout comme l’exaspération de la suffragette Bertha Brewster au Daily Telegraph, spirituelle et révélatrice du climat social de l’époque.

 

5. L’amour au cœur de la vie   

coll. - direction de Valérie Harvey   

Québec-Amérique

 

Quinze regards sur l’amour avec ce collectif où il est bien sûr question de coup de foudre et de passion amoureuse, mais également de la profondeur du lien que tissent des années de vie commune, de l’empathie envers un proche ou de l’amour qui noyaute la famille. On retrouve la plume empreinte de compassion de Jean Désy, une bande dessinée sur les attaques de Cupidon, une nouvelle bouleversante de Daniel Rondeau où perdure la fidélité d’un mari envers son épouse dont la mémoire s’évanouit, Mylène Bouchard nous donne le vertige avec sa funambule qui nargue la mort,  Catherine Perrin dit avec délicatesse la douloureuse réalité d’une femme qui arrive à apprivoiser une lumineuse sérénité et Hans-Jürgen Greif nous raconte une bouleversante histoire d’amour née au lendemain de la Shoah. Sans oublier le témoignage du père Benoît Lacroix sur le don de soi.

 

6. Un tour du monde en 75 cocktails   

Romain Cavelier   

Guy Saint-Jean

 

Romain Cavelier, élu meilleur mixologue du pays à Toronto en 2015, est un grand voyageur qui s’inspire ici des pays qu’il a visités pour créer ces 75 cocktails où les saveurs exotiques côtoient les classiques revisités tels le calimocho  espagnol, le Godfather ou le  Bloody Mary qui devient un Mary and chips où le scotch Lamphroaig apporte une note fumée séduisante. Cavelier twiste le Ceaser Martini  avec une réduction de basalmique et nous fait rêver de soleil et de bords de mer avec un Tahitiki, un Bounty au rhum et lait de coco, un ti-punch ou un Kiwi’s cocktail. Et pour une soirée romantique, parions sur le Saint-Germain spritz ou le Carlton sling inspiré d’un grand hôtel de Singapour…

 

7. Charles amoureux d’une princesse  

Alex Cousseau/Philippe-Henri Turin  

Seuil jeunesse

 

Bon, Charles est un peu bizarre et maigrichon, mais ce dragon est un poète valeureux qui cache sa peur quand il rencontre la redoutable Cornélia qui a quasiment anéanti un pays : il lui propose même de lui enseigner la lecture. La lecture? En échange de quoi? Charles veut rencontrer une princesse car on parle toujours des princesses dans les livres de contes. Mais où en trouver un? Et à quoi ressemble une princesse? Cornélia accepte de l’aider dans sa quête, mais au fil du temps, Charles découvre que la dragonne n’est pas aussi terrible qu’il le pensait. Elle est même touchante. Et mignonne…

Difficile d’imaginer à quoi ressembleront leurs bébés…mais quelle histoire originale! Les dragons imparfaits sont très si bien incarnés grâce à des illustrations débordantes de vitalité qu’on veut croire à leur existence!

Publicité

Suivez-nous

Publicité
Publicité