Lundi au Dimanche 

6h00 à 10h00

Des romans qu’on aura plaisir à lire (ou à offrir) durant les Fêtes!

1. En 67 tout était beau    
Auteur : Pierre Huet    
Éditions : Québec-Amérique

 Du temps passé à l’Expo 67 aux jobs d’étudiant édifiantes, à sa nuit avec Frank Zappa et sa rencontre avec Charles Trenet, de sa connaissance encyclopédique des Beatles à l’éloge du Parc Belmont, des souvenirs de vacances ratées dans le Sud, d’une nuit à la campagne rééditant le film Délivrance ou de ses années à CROC, Pierre Huet avec une verve réjouissante nous raconte mille anecdotes à la fois spirituelles et nostalgiques où l’amitié est constamment célébrée. Mais c’est aussi le récit de la genèse des célèbres chansons qu’il a écrites pour Beau Dommage, Paul Piché, Jerry Boulet et tant d’autres : l’histoire de ces collaborations est aussi passionnante que l’analyse du processus créatif…Avec une lucidité et un beau sens de l’auto-dérision, Pierre Huet nous rappelle que l’écriture est toujours difficile, mais combien exaltante! On ne peut lire ce texte sans entendre sa fameuse Ginette  ou Mes blues passent ou dans’porte. En attendant d’écouter 23 décembre, désormais un classique du temps des Fêtes!

 

2. Le nid de pierres    
Auteur : Tristan Malavoy-Racine    
Éditions : Boréal

 1985, Steve, Laure, Thomas se préparent à entrer au secondaire. Ils sont insouciants comme on l’est à cet âge. Mais cette innocence leur est ravie lorsqu’un des élèves de l’école du village disparaît. Yannick a-t-il été enlevé? Par qui? Ne se serait-il pas plutôt perdu en forêt? Vingt ans plus tard,  le mystère n’est toujours pas résolu lorsque Thomas revient vivre sur les lieux de son enfance avec Laure. Ils redécouvrent Saint-Denis de Brompton, son histoire et les légendes des peuples fondateurs. Ils devraient être heureux…Mais Thomas est obsédé par le ventre-de-bœuf, tapi dans les bois, qui avale tout. Qui nous entraîne comme Thomas dans les ténèbres. Cette malédiction qui habite tout le roman lui confère un climat d’étrangeté qui pourrait nous faire croire qu’il s’agit d’un polar, mais si le suspense est au rendez-vous jusqu’à la fin, la poésie est tout aussi présente,  insufflée à l’intrigue avec une fluidité, une limpidité remarquables. Un premier roman parfaitement réussi!

 

 

3. Les vies multiples d’Amory Clay     
Auteur : William Boyd    
Éditions : Seuil

 Enfant à la fin de la Première Guerre mondiale, Amory reçoit de son oncle un appareil photo qui déclenche chez elle une passion qui n’aura aucune limite. Elle sera à Berlin dans les années’20 pour saisir les scandales, à New York, à Londres au moment où les Chemises noires veulent s’imposer, à Paris occupé par les nazis…et dans le lit de ses amants, puis épouse et mère. Et toujours reporter, toujours volontaire pour capter la violence d’une guerre, son absurdité.

A travers Amory Clay et son passionnant destin, William Boyd nous offre un portrait à la fois charmeur et tonique d’une femme libre, intrépide et lucide. Toutes ces vies sont un hommage au courage de ces premières photographes qui se sont battues avec acharnement pour gagner leur droit d’être au cœur des évènements, au cœur de l’Histoire. Un roman foisonnant, élégant, d’un grand raffinement.

 

4. L’inconnu de Sandy Cove    
Auteur : Sylvie Ouellette   
Éditions : Druide

 Lorsqu’ en 1895, Elise Robichaud rentre en Nouvelle-Ecosse après avoir passé vingt ans à l’étranger, elle espère pouvoir taire le plus longtemps possible les raisons qui l’ont forcée à revenir au pays. Hantée par ce douloureux secret, elle est d’autant plus surprise de s’intéresser au sort d’un homme qu’elle avait oublié, Jérôme, qui a été trouvé sur une plage, les jambes coupées et quasiment muet. Consternée par le manque d’ardeur de ses concitoyens à vouloir découvrir l’identité de Jérôme et, peut-être, le ramener à sa famille, Elise décide d’enquêter sur l’infirme, de l’arracher à sa triste vie.

On suit la quête d’Elise avec autant de curiosité que d’étonnement, admirant cette femme déterminée qui sillonnera l’Europe sans jamais oublier son généreux projet. Voilà un heureux mariage de la fiction et de la réalité…car oui, Jérôme a existé et personne n’a réussi jusqu’à ce jour à percer son identité.

 

 5. Madame Victoria   
Auteur : Catherine Leroux    
Éditions : Alto

 En 2001, on découvre le squelette d’une femme tout près de l’hôpital Royal-Victoria : on tente d’en apprendre davantage sur son identité, mais les pistes ne révèlent rien…Catherine Leroux lui invente plusieurs vies et nous livre une Victoria follement esclave amoureuse, une Victoria allergique aux gens, une Victoria en fantôme, en adolescente, en épouse révoltée, en déesse vénérée. Quel éblouissant exercice de style! D’une image de Victoria à l’autre, la curiosité se maintient parfaitement jusqu’à ce que

Tous ces visages si différents se fondent dans un kaléidoscope qui défie le temps et l’Histoire. Étonnant!

 

 

6. Défense d’entrer  4 – Opération…Québec   
Auteurs : Caroline Héroux/ C. Olivier Larouche
Éditions : La Bagnole

Après avoir survécu à un incident domestique (le toit de la maison qui s’est effondré!), Charles poursuit l’écriture de ses carnets où on découvre ses envies d’ailleurs, sa contrariété en apprenant que sa sœur Mélie voit  peut-être son ami William dans son dos (?!) s’amuse des répliques d’une grande-tante si vieille qu’il n’y avait même pas de textos dans son temps et passe quelques temps à l’hôpital…Bref, Charles est toujours aussi occupé, mais ne voudrait surtout pas rater le voyage à Québec. Pourra-t-il y parvenir?

Un livre pour les adolescents où les textes sont bien servis par une mise en page très vivante…et même délinquante! L’amitié, au cœur de ce récit dynamique, traduit bien le quotidien des ados.

Publicité

Suivez-nous

Publicité
Publicité