Lundi au Dimanche 

6h00 à 10h00

Publier ou non des photos de mon enfant sur les réseaux sociaux?

Publier ou non des photos de mon enfant sur les réseaux sociaux? Une question que se posent bien des parents. Il n’y a pas de bonne, ni de mauvaise réponse. Julie St-Pierre s’est posée la question et nous partage ses réflexions!

 

MON EXPÉRIENCE PERSONNELLE

 

Quand je suis devenue maman, il était clair que j’allais devoir répondre à cette question. D’abord, il faut savoir que mon mari est très discret et protecteur de sa vie privée. Il n’aime pas s’exposer et encore moins exposer notre fils. De mon côté, je suis très active, de par mon travail notamment, sur les médias sociaux et j’aime partager mon quotidien. C’est donc une discussion que nous avons du avoir, comme couple et comme parents, pour trouver un terrain d’entente où les deux allions être confortables. Le fait que j’exerce un métier public n’a pas vraiment influencé notre décision quoi que si ce n’était pas de ça, mon chum ne verrait aucun intérêt à publier des photos de notre garçon sur Facebook ou Instagram. Je suis comme toutes les mamans, je suis fière, je veux parler de mon fils, et pour être bien honnête, ça aide aussi mon côté professionnel, la preuve, je suis en charge du segment famille ici. Mais je dois avouer que la décision « imposée » par mon conjoint n’en est pas vraiment une. Avec le temps, j’ai pris plaisir à protéger mon fils de l’oeil public et à respecter sa petite personne en ne le montrant pas complètement dans les photos que je publie. J’y trouve maintenant plein d’avantage à faire ainsi.

 

Je m’arrange toujours pour que ce soit joli, assez artistique, mais qu’on ne puisse jamais le reconnaître. Dans mon entourage, on l’appelle «l’enfant de dos» et ça me fait bien rire!

 

Ceci dit, je ne juge aucunement ceux qui le font, connu ou non, et je suis la première à aimer voir les photos de vos bébés sur Facebook. C’est un choix tellement personnel qui peut évoluer au fil du temps. Certains parents montrent leurs enfants, d’autres non.

 

Certaines mamans vont même jusqu’à cacher leur grossesse, comme l’a fait récemment Bianca Gervais. C’est un choix tellement personnel qui peut évoluer au fil du temps. Et c’est une situation qui touche tous les parents, pas seulement ceux qui travaillent dans les médias.

 

Mais c’est certain qu’avec notre métier, même si on publie sur nos pages personnelles, la dite photo peut être reprise sur des sites de nouvelles, à la télé, dans les journaux, etc.

 

Pour éviter ça, je respecte toujours ma règle de ne pas montrer son visage en photo. Les gens sont très respectueux et sont heureux du partage tout simplement. Mais au delà de ça, je me suis demandée si nos enfants avaient des droits par rapport à nos décisions de les exposer autant sur internet.

 

LES ENFANTS ONT-ILS DES DROITS?

 

En Autriche, une jeune femme de 18 ans a décidé de poursuivre en justice ses parents qui ont partagé sur Facebook plusieurs photographies d’elle lorsqu’elle était enfant, sans lui demander la permission. Parmi celles-ci, des images où ils sont en train de la changer ou d’autres où elle fait l’apprentissage de la propreté sur un petit pot.

 

Aucune loi claire n’existe au Québec en ce sens mais d’autres pays ont commencé à légiférer à ce sujet. En France par exemple, une personne surprise à partager et distribuer des photos d’une autre personne sans son consentement est passible d’un an de prison et d’une amende de 45 000 euros (67 000 dollars).

 

En Allemagne, une campagne à l’attention des parents 2.0 a été lancée récemment pour les sensibiliser à la cause. On peut y lire: «Mon visage - mes droits! Pour une gestion responsable des photos des enfants sur les médias sociaux»

 

Je suis allée rencontrer Pierre Trudel qui est professeur de droits à l’Université de Montréal et je lui ai demandé s’il y avait des risques d’accusations ici au Québec pour ce genre de situation?

 

Ce qu’il me disait c’est qu’il ne fallait pas paniquer avec ça non plus, pas nécessaire de virer fou avec ça ce matin. Mais j’étais quand même curieuse de savoir si cette exposition pouvait présenter des dangers réels? On l’écoute.

 

Donc des photos dans la cours d’école, devant la garderie, des photos de bébés nus dans le bain par exemple, moi ça me rend toujours un peu inquiète et mal à l’aise. Faut y aller avec notre bon jugement et faire preuve de gros bon sens aussi. Parce qu’une fois les photos partagées, c’est difficile de les retirer d’internet par la suite comme nous l’explique M. Trudel.

 

Chose certaine, même si nos photos sont disponibles et publiques sur internet, en aucun cas elles ne peuvent être utilisées à des fins commerciales sans notre consentement. Il faut toujours tenir compte du droit à l’image et à la vie privée avant de se servir d’une photo qui ne nous appartient pas.

 

Et plus nos enfants grandissent, plus on peut leur demander leur permission avant de publier pour s’assurer de respecter leur envie ou non de se retrouver exposer sur les réseaux sociaux.

Publicité

Suivez-nous

Publicité
Publicité