Lundi au Dimanche 

6h00 à 10h00

Suggestions lecture

1. Un peu de silence dans cette ère si bruyante      

Erling Kagge      

Guy Saint-Jean

 

Comment définir le silence? Où le trouver? En cette époque où nous sommes constamment sollicités par les sons, il est essentiel de se rappeler la richesse du silence. Erling Kagge, explorateur, éditeur, écrivain, avocat, alpiniste nous raconte ici ses démarches pour mieux comprendre le silence, ou plutôt les silences car le silence de l’Antarctique est différent des silences de Miles Davis, de celui d’une paix intérieure ou d’un émerveillement devant un ciel étoilé. Résolument contemporain, Kagge s’interroge sur les technologies, notre dépendance frénétique aux réseaux sociaux qui nous font passer du statut d’humains libres au statut de ressources pour Apple, Instagram, Google et cie, il se questionne sur le poids des mots parfois trop envahissants, la valeur de l’instant présent, fait l’éloge de la marche tout en s’interrogeant sur le sens des citations de philosophes tels Diderot, Kierkegaard, Pascal ou Heidegger.

À la fois lumineux et modeste, tonique et apaisant, brillant et spirituel, ce texte où Kagge parle avec autant de justesse du quotidien que des instants où on arrive à s’en abstraire est absolument remarquable. Indispensable comme l’air. Et le silence…

 

2. Palawan   

Caroline Vu    

Pleine lune

 

 

Vietnam, 1975 : Kim est adolescente quand Saïgon  tombe aux mains des communistes. Les Américains quittent sa ville natale, Hué. Sa mère la force à embarquer sur un bateau qui dérivera jusqu’à un camp de réfugiés aux Philippines : Palawan. Kim y restera durant des mois jusqu’à ce qu’un mensonge sur son identité lui permette d’être recueillie par une famille américaine. Changer si radicalement d’existence est un énorme défi, mais Kim rêve d’une vie meilleure et garde la tête haute tout en racontant des histoires du camp qu’elle ne peut oublier. Ou des histoires qu’elle invente à-moitié en pensant à son père disparu, à sa mère et ses sœurs dont elle ignore le sort et à cette si forte tatie Hung, personnage haute en couleurs, complexe, indestructible.

Un roman bouleversant sur la quête d’identité, la résilience, la dignité. En donnant des voix à toutes ces victimes, Caroline Vu  ressuscite les anonymes, leur rend un hommage teinté de grâce.

3. La vengeance du pardon   

Eric-Emmanuel Schmitt       

Albin Michel

 

Peut-on vraiment pardonner? Telle est la question qui se pose dans chacune de ces quatre nouvelles qui nous présentent des personnages qui ont basculé dans le crime ou ont été piégés. Une jumelle tyrannique, un homme qui refuse la paternité et qui le regrette, une mère dont la fille a été assassinée, un aviateur à la retraite qui cache bien des secrets mais lit «Le petit prince» à son adorable voisine habitent ces sombres histoires qui révèlent le pire comme le meilleur de l’humain, sa perversité comme sa bonté. La plume élégante d’Eric Emmanuel Schmitt peint des petits villages ou des rues de Paris avec une grâce ineffable qui donne d’autant plus de force, par contraste, au machiavélisme des intrigues et aux chutes inattendues.

 

4. On ne naît pas grosse        

Gabrielle Deydier     

Editions Goutte d’or

 

37 ans, 150 kg, 1, 53 m, voici la réalité de Gabrielle Deydier qui nous livre avec beaucoup d’honnêteté  ce qu’est le quotidien d’une personne obèse : la condescendance de plusieurs intervenants en santé, la cruauté des gens, les difficultés à trouver un emploi, l’attitude des médias et les dangers des régimes et de la chirurgie bariatrique. Née dans une famille dysfonctionnelle, l’auteure, en plongeant dans l’écriture de ce témoignage, accepte de se confronter à des vérités intimes dérangeantes, mais poursuit son enquête sur toutes les formes d’obésité avec opiniatreté. Un livre qui soulève de nombreuses questions envers la société et la médecine.

 

5. Olivia joue les espionnes        

Ian Falconer          

Seuil

 

 

Mais qu’a donc entendu Olivia en écoutant aux portes? Que sa mère veut l’envoyer dans un endroit où on mettra du plomb dans sa cervelle? Dans une institution? Qu’est-ce que c’est une institution, demande-t-elle à son professeur qui lui apprend qu’il peut s’agir d’une bibliothèque ou d’une prison…Oh la la! Est-ce vraiment dans cet établissement que sa maman l’emmènera ce soir?

Olivia est irrésistible par sa turbulence, ses déductions un peu trop rapides, sa curiosité et sa façon de prouver qu’elle sait tout faire! Les enfants l’adoreront et les parents se reconnaîtront dans certaines scènes en souriant.

Publicité

Suivez-nous

Publicité
Publicité