Lundi au Dimanche 

6h00 à 10h00

Suggestions lecture de la semaine

1. Le diable en personne    

Peter Farris     

Gallmeister

 

Georgie du Sud, Maya, dix-huit ans, réussit à échapper à ses tortionnaires qui après l’avoir forcée à se prostituer, à être la propriété du maire de la ville, veulent maintenant l’assassiner car elle sait trop de choses qui pourraient nuire à ce dernier et à la corruption qui profite à tous.  Maya ne sait où aller, croit que le terrible Mexico la rattrapera, mais c’est sans compter Leonard, un vieil excentrique qui ne tolère pas qu’on maltraite les femmes sur ses terres, qui la recueille et décide de la protéger. À n’importe quel prix!

 

Noir, très noir que ce roman de Peter Farris qui dresse un portrait au vitriol d’une Amérique en folie où la violence est la seule loi, où des gamines sont moins bien traitées que des objets, où il est facile de jeter des cadavres dans des marais infestés de crocodiles. Sombre, oui, et pourtant lumineux par la grâce de cette amitié improbable entre une jeune fille et un homme à la fin de sa vie. Émotion et adrénaline garanties!

 

2. Confident royal   

Shrabani Basu    

Presses de la cité

 

1887, Abdoul Karim quitte l’Inde et débarque en Angleterre pour servir la reine Victoria lors du jubilée d’or. La souveraine s’attache très vite à ce serviteur qui lui enseigne l’hindoustani et en moins d’un an, le voilà promu secrétaire particulier «munshi». Ce nouveau statut irrite la cour qui s’inquiète des liens qui se tissent entre la reine qui a près de soixante-dix ans et cet Indien trois fois plus jeune qu’elle, qui a accès à sa correspondance, qui peut l’influencer et qui semble avoir de plus en plus de pouvoir sur elle… Vrai ou faux? Victime du racisme ambiant, Karim, protégé par Victoria la servira jusqu’à sa mort alors que naissent les premiers mouvements d’indépendance des colonies.

L’insolite amitié entre ces personnages est relatée ici avec un luxe inouï de détails qu’il s’agisse de la décoration des wagons du train dans lequel voyage la reine, de la liste des invités du jubilée, des titres des pièces de théâtre jouées à Balmoral, des lettres échangées entre Abdoul Karim et Victoria ou des objets qui ont été glissés dans le cercueil de cette dernière. Un portrait d’une société en mutation…traversée par l’ombre de Jack L’éventreur…

 

3. Le Nord invisible    

Alexandra Schimo     

Editions de l’Homme

 

Après avoir entendu des rumeurs voulant qu’une crise de l’eau dans une réserve autochtone du nord de l’Ontario avait été créée pour attirer l’attention des médias, Alexandra Schimo décide de s’installer à Kashechewan. Ce qu’elle y découvre est bien pire que ce qu’elle avait pu imaginer : le chômage généralisé engendre la pauvreté qui entraîne à son tour la malnutrition, les maladies, tuberculose, cardiopathies, gale, asthme, alcoolisme et dépression. Comment s’étonner que cette réserve régulièrement inondée, aux maisons envahies de moisissures détienne le triste record d’un des plus hauts taux de suicide au monde?

 

Tout en s’entêtant à poser des questions pour comprendre la réalité de Kashechewan l’auteure a élargi son étude à la situation dramatique de plusieurs réserves du Canada : ce livre est un cri d’alarme qui retrace aussi bien la cruauté des décisions prises dans le passé par les gouvernements que la complexité souvent absurde du système lorsque des projets visant à aider une communauté sont soumis à l’approbation gouvernementale. Un livre qui suscite bien des questions!

 

4. A la table des philosophes   

Normand Baillargeon     

Flammarion Québec

 

L’humain a toujours dû manger pour vivre, mais à travers les époques cette nécessité s’est muée en plaisir entraînant des rituels, des choix de société, des questionnements intimes. Cet ouvrage est consacré aux enjeux que suscite la nourriture : la gourmandise est-elle un défaut? Jeûner un péché d’orgueil? Doit-on manger local ou se laisser imposer le commerce alimentaire mondial? Etre carnivore ou non, alors qu’il est prouvé que manger de la viande suppose un coût environnemental élevé? A quel point est-on influencé par la publicité? Choisit-on un aliment en ayant les bonnes informations? Quels sont les régimes les plus farfelus?

 

Bien des réponses se trouvent dans les textes des grands philosophes, éclairés ici avec beaucoup de pertinence dans ce livre très élégant où l’auteur nous suggère des pistes de discussion (autour d’une table évidemment!),  des lectures…et  quelques recettes gourmandes.

 

5. Les poupées   

Françoise de Luca/Josée Bisaillon    

Marchand de feuilles

 

Mais pourquoi sa maman s’entête à la persuader de porter une robe rose? Et pourquoi sa tante lui offre-t-elle toujours des poupées? se demande Lucie qui n’aime ni les robes, ni le rose, ni les poupées. Qui préfère les livres, qui rêve de découvertes et de voyages ou d’avoir un grand frère. Lorsque sa maman lui raconte l’histoire de Kalina qui avait tellement envie d’avoir une poupée qu’elle s’en est fabriqué une, Lucie décide de lui envoyer les siennes en Afrique.

 

Des illustrations très soignées, expressives qui traduisent aussi bien le quotidien d’une fillette africaine que le désarroi d’une gamine intrépide servent avec brio cette histoire pleine de charme qui nous parle d’ouverture et d’écoute.

 

6. Flic et Agathe – Petits chiens et grosses moustaches  

Pierre Dubé  

Québec-Amérique

 

Flic est au chaud dans son panier lorsqu’un voisin frappe à la porte de l’agence de détectives privés d’Agatha Biscuit : sa chienne Loulou a disparu! Loulou? Dont Flic est amoureux? Elle a été kidnappée! Tout comme le bichon Fred et le yorkshire César, le pékinois Li. Mais qui a enlevé tous ces chiens? Et pourquoi le ravisseur ne demande-t-il pas de rançon? Agatha et Flic suivent une piste…

 

Irrésistible Flic! Si expressif, si mignon! On ne peut que sourire en découvrant cette nouvelle enquête d’un duo de choc.

Publicité

Suivez-nous

Publicité
Publicité