CHAÎNES
PUBLICATIONS
TVA FILMS
BOUTIQUES
CONCOURS
NOUVELLES
Mobilité
Emploi
 

Nouvelles

TVA Nouvelles
  • 25 Avril 2014 à 01h04

    Les Kings sont toujours vivants

    Les Kings de Los Angeles, qui faisaient face à l'élimination face aux Sharks de San Jose, jeudi soir, ont survécu.

    Les hommes de Darryl Sutter se sont battus avec l'énergie du désespoir et ont maîtrisé les troupes de Todd McLellan au compte de 6-3, jeudi.

    À voir et à lire également :

    Justin Williams et Marian Gaborik ont chacun marqué deux buts dans le gain. Tyler Toffoli a été l'autre marqueur.

    Dustin Brown a complété la marque dans un filet désert.

    Le capitaine des Kings a aussi amassé une aide dans la victoire.

    Le gardien Jonathan Quick, qui avait connu plusieurs difficultés lors des premiers matchs, a été très solide devant le filet des vainqueurs.

    L'Américain a repoussé un total de 36 lancers.

    Du côté des Sharks, Antti Niemi a alloué les cinq buts des Kings, sur 26 lancers, avant d'être remplacé par Alex Stalock, qui a stoppé 4 tirs.


    Suite sur TVA Sports

  • 25 Avril 2014 à 01h04

    Une attaque muselée

    Pour un deuxième match de suite, le Wild du Minnesota a dominé l’Avalanche du Colorado, jeudi, pour créer l’égalité 2 à 2 dans la série.

    Le Wild l’a emporté 2-1, mais n’eut été le brio du gardien Semyon Varlamov, le pointage aurait pu être encore plus élevé.

    À voir et à lire également :

    Patrick Roy avait demandé à son équipe de placer plus de rondelles au filet, et il faut croire que le message n’a pas été compris. L’Avalanche n’a dirigé que 12 lancers sur Darcy Kuemper dans toute la rencontre.
     
    De son côté, le Wild s’est encore une fois buté à Varlamov en pleine possession de ses moyens. Le gardien russe a repoussé 30 des 32 rondelles qui ont été lancées en sa direction.
     
    Patrick Roy a retiré son gardien de but alors qu’il restait 2 min 30 s à faire au match mais n’a pu créer l’égalité.
     
    Départ canon, encore
     
    Le Wild a poursuivi là où il avait laissé lors du troisième match. La troupe de Mike Yeo a complètement dominé le premier engagement, dirigeant 14 lancers sur Semyon Varlamov contre seulement 3 par l’Avalanche sur Darcy Kuemper. Colorado a semblé complètement désorganisé et incapable de s’installer en territoire ennemi.
     
    Contrairement au dernier match, le Wild a réussi à déjouer Semyon Varlamov lors des 20 premières minutes de jeu. Après avoir récupéré une rondelle en coin de patinoire, Zach Parise a servi une belle passe au défenseur Jared Spurgeon qui appuyait l’attaque. Ce dernier a décoché un tir sur réception qui est venu à bout du gardien russe de l’Avalanche. Mikael Granlund a obtenu l’autre mention d’assistance.
     
    Sens unique
     
    Peu importe ce qui a été dit dans le vestiaire de l’Avalanche entre les deux périodes, le résultat a été le même sur la patinoire lors du second engagement.
     
    À la mi-match, les hommes de Patrick Roy ne comptaient que cinq petits lancers sur le filet de Kuemper, tandis que Varlamov avait fait face à 20 tirs.
     
    À force de lancer, on finit par compter! Sur un avantage numérique, Jason Pominville a tenté un tir qui a raté derrière le but. La rondelle a toutefois heurté une barre métallique sur la baie vitrée et est revenue directement devant le filet. Charlie Coyle n’a eu qu’à pousser le disque derrière un Semyon Varlamov impuissant pour faire 2-0.
     
    L’Avalanche a toutefois reçu ce dont elle avait besoin pour revenir dans le match : un cadeau de Kuemper. Trente secondes après le but de Coyle, Ryan O’Reilly a dirigé un tir faible vers le filet, de l’extérieur de l’enclave, qui s’est frayé un chemin entre les jambières du gardien du Wild. L’Avalanche marquait sur son septième tir dans le match. Il n’en a pas dirigé d’autres de la période.
     
    Le match no 5 de la série aura lieu samedi, au Pepsi Center de Denver.

     


    Suite sur TVA Sports

  • 25 Avril 2014 à 01h04

    Le Wild crée l'égalité 2-2

    Le Wild du Minnesota a été complètement dominant, jeudi soir, et a battu l'Avalanche du Colorado 2-1 pour créer l'égalité dans la série opposant les deux équipes.

    Les deux formations ont maintenant remporté deux matchs chacune.

    À voir et à lire également :

    Jared Spurgeon et Charlie Coyle ont été les deux seuls à déjouer Semyon Varlamov, qui a été fumant durant le match.

    Au total, le gardien russe a repoussé 30 tirs.

    À titre comparatif, son vis-à-vis Darcy Kuemper a seulement fait face à 12 tirs et a cédé une seule fois, devant Ryan O'Reilly.

    À la suite de cette défaite, l'entraîneur-chef de l'Avalanche, Patrick Roy, a mis l'accent sur le positif.

    «Nous avons fait un bon travail en défensive, a-t-il expliqué. Nous avons accordé 32 tirs sans avoir la rondelle!»

    Même si le Wild a remporté les deux derniers matchs de la série, Roy n'est pas inquiet pour la suite des choses.

    «Avec les prestations de notre gardien, il n'y a pas de raison de ne pas être confiants.»

    Par ailleurs, l'ancien numéro 33 du Canadien de Montréal et de l'Avalanche a confirmé que l'attaquant Matt Duchene, blessé, ne jouera pas lors du cinquième match de la série.


    Suite sur TVA Sports

  • 25 Avril 2014 à 00h04

    Icher s'empare de la tête

    La Français Karine Icher s’est emparée seule de la tête au terme de la première ronde de la Classique Swinging Skirts de la LPGA, jeudi.

    Icher a remis une excellente carte de 66, six coups sous la normale. Elle a notamment réussi six oiselets et n’a commis aucun boguey.
     
    Un groupe de cinq golfeuses comprenant la Néo-Zélandaise Lydia Ko (68) se partagent la deuxième place après avoir retranché quatre coups à la normale.
     
    Alena Sharp a été la meilleure Canadienne avec une ronde de 74 (+2) et occupe la 63e position. Sa compatriote Sue Kim se retrouve également à +2, mais sa journée de travail a été interrompue au 15e trou en raison de la noirceur.
     
    Les Canadiennes Jennifer Kirby (110e) et Brogan McKinnon (121e) sont également en lice.
     

    Suite sur TVA Sports

  • 25 Avril 2014 à 00h04

    Phelps deuxième derrière Lochte

    L’athlète le plus titré de l’histoire des Jeux olympiques, Michael Phelps, a effectué un retour à la compétition, jeudi, lors de l'Arena Grand Prix à Mesa, en Arizona.

    20 mois après avoir annoncé sa retraite à l’issue des Jeux de Londres, en 2012, le nageur de 28 ans n’a pas mal fait, loin de là.

    Il a terminé deuxième lors de la finale du 100 m style papillon.

    C’est Ryan Lochte qui a remporté l’épreuve, avec un temps de 51,93 secondes. Phelps a quant à lui terminé avec un temps de 52,13 secondes.

    Le temps de Phelps est d'ailleurs le cinquième meilleur à avoir été enregistré lors de cette épreuve cette année...

    Dans sa carrière, Phelps a remporté un incroyable total de 22 médailles olympiques, dont 18 en or.

    Sa dernière course remontait au 12 août 2012, en finale du relais 4x100 m quatre nages.

    L’équipe états-unienne avait alors raflé l’or.


    Suite sur TVA Sports

  • 25 Avril 2014 à 00h04

    Les Bruins en contrôle

    Jarome Iginla a touché la cible en prolongation pour offrir une victoire de 3-2 aux Bruins de Boston sur les Red Wings de Detroit, jeudi.

    Cette troisième victoire de suite permet aux Bruins de prendre les devants 3-1 dans cette série de premier tour.
     
    À voir et à lire également :
    Les Red Wings feront donc face à l’élimination lors du cinquième match, qui aura lieu samedi après-midi à Boston. Le gagnant de ce duel affrontera par ailleurs le Canadien de Montréal au prochain tour.
     
    Sur la séquence victorieuse, le défenseur Dougie Hamilton a décoché un faible tir qui a dévié d’abord sur Iginla, puis sur le patin du porte-couleurs de Detroit Danny DeKeyser avant de déjouer le gardien Jonas Gustavsson.
     
    Le Suédois avait pris la relève de Jimmy Howard, ce dernier ayant dû déclarer forfait à la dernière minute en raison d’un virus. À son premier départ en séries, le «Monstre» a fait face à un barrage de 40 tirs.
     
    Son vis-à-vis Tuukka Rask a eu le meilleur, repoussant 35 des 37 lancers dirigés vers lui.
     
    Le défenseur Niklas Kronwall a ouvert la marque avec son premier but des séries éliminatoires lors d’un avantage numérique pendant l’engagement initial.
     
    En début de deuxième, Pavel Datsyuk a doublé l’avance des favoris de la foule en complétant un bel échangé amorcé par Kronwall.
     
    La réplique des Bruins est venue quelques instants plus tard en avantage numérique. Après que Patrice Bergeron ait remporté une mise au jeu en territoire adverse, Torey Krug a décoché un tir de la ligne bleue qui a déjoué Gustavsson après avoir dévié sur le bâton d’un joueur des Wings.
     
    Milan Lucic a ramené les deux équipes à la case départ en touchant la cible dès le début de la troisième période. Hamilton a également obtenu une aide sur le jeu.
     
    Les Wings ont pu compter sur le retour de leur capitaine Henrik Zetterberg, qui disputait un premier match en deux mois.  Il avait raté les 30 dernières parties de son équipe, en incluant les séries éliminatoires, en raison d’une blessure au dos.
     
    Le numéro 40 a été blanchi la feuille de pointage en un peu moins de 20 minutes de jeu.

    Suite sur TVA Sports

  • 24 Avril 2014 à 23h04

    La patience des Orioles

    Les Orioles de Baltimore ont inscrit neuf points au cours des septième et huitième manches, en route vers un gain de 11-4 sur les Blue Jays de Toronto, jeudi.

    Chris Davis et Matt Wieters ont chacun poussé deux coéquipiers à la plaque lors du septième tour au bâton des Orioles.
     
    À voir :
    Jonathan Schoop a claqué une longue balle à la cinquième reprise.
     
    Adam Jones et Davis ont terminé le match avec trois points produits. David Lough a obtenu trois coups sûrs et a croisé la plaque à trois occasions.
     
    Bud Norris (1-2) a mérité la victoire, ayant accordé trois points sur cinq frappes en lieu sûr en six manches de travail.
     
    Son vis-à-vis Drew Hutchison a permis deux points sur six coups sûrs en six manches. Brett Cecil (0-1) a subi le revers. Le releveur a permis quatre points et a vu sa soirée de travail prendre fin avant même d’effectuer un retrait.
     
    Dioner Navarro et Colby Rasmus ont cogné la balle de l’autre côté de la clôture dans la défaite.

    Suite sur TVA Sports

  • 24 Avril 2014 à 23h04

    Bouchard réplique

    Le directeur général de l’Armada de Blainville-Boisbriand Joël Bouchard a répliqué à l'entraîneur Éric Veilleux, jeudi en fin de soirée.

    Veilleux, qui n'avait pas digéré les propos tenus par l'entraîneur-chef de l'Armada, Jean-François Houle, mercredi, a écorché les deux hommes lors d'un point de presse, jeudi.

    À voir et à lire également :

    Bouchard ne s'est donc pas fait prier pour lui répondre.

    «Je suis certain qu’Éric serait plus intéressant à écouter que moi, et ce, à plusieurs reprises, a-t-il expliqué. Il s’agit d’une question géographique et démographique. Je demeure à 20 minutes des studios et lui, à 10 heures.»

    Bouchard a également tenu à ajouter que «les nombreuses émissions de télévision de TVA Sports seraient plus qu’intéressées de recevoir l’entraîneur-chef de l’année dans la LHJMQ, un instructeur compétent.»

    Si Veilleux espère la fin du pleurnichage dans les médias, il s’y est bien mal pris en critiquant la manière utilisée par l’état-major de la formation des Laurentides lorsqu’un coup est porté à l’un de ses joueurs.

    «Nous n’avons envoyé aucune cassette à la ligue et les deux "twits" de l’autre côté sont déjà rendus à six ou sept. C’en est ridicule».

    Ces déclarations sont survenues au lendemain de la deuxième défaite consécutive du Drakkar qui a ramené les deux équipes à égalité dans la série.

    Suspensions méritées

    Le préfet de discipline de la LHJMQ, Raymond Bolduc, a tranché en fin de journée concernant Félix Girard et Ryan Tesink.

    Les deux attaquants ont écopé chacun d’une suspension d’un match : Girard pour avoir dardé Walcott tandis que Tesink a lancé une bouteille d’eau sur la glace en fin de deuxième période.

    «Je respecte les deux suspensions compte tenu d’où nous en sommes rendus dans la ligue, a tenu à préciser Bouchard. Il faut toutefois se questionner pour les années à venir.»

    L’Armada et le Drakkar se retrouveront sur la patinoire du Centre Henry-Leonard vendredi soir pour la suite de cette intense bataille.


    Suite sur TVA Sports

  • 24 Avril 2014 à 23h04

    À voir : Marchand incapable de viser

    Ce n’était pas du tout la soirée de Brad Marchand, jeudi.

    Deux fois plutôt qu’une, la petite peste des Bruins de Boston a complètement raté un filet ouvert dans le quatrième match de la série contre les Red Wings de Detroit.

    À voir aussi : 

    Marchand a d’abord été incapable de profiter d’une passe parfaite de Miller en fin de première période.

    Puis, au milieu du troisième tiers, le gardien Jonas Gustavsson avait quitté son demi-cercle, mais Marchand a tiré à côté de la cage pourtant abandonnée. Et il n’en croyait pas ses yeux.

    Dire qu’il a marqué 25 buts cette saison… 


    Suite sur TVA Sports

  • 24 Avril 2014 à 23h04

    Veilleux attaque l'Armada...

    À égalité à deux partout, la série demi-finale opposant le Drakkar de Baie-Comeau et l’Armada de Blainville-Boisbriand s’anime de plus en plus sur la patinoire, mais également en dehors de la glace avec des déclarations chocs de part et d'autre.

    Après avoir vu ses homologues prendre la parole avant même le début de la série, l’entraîneur-chef du Drakkar, Éric Veilleux, a finalement décidé de réagir, jeudi après-midi, au retour de l’équipe à Baie-Comeau.

    À voir et à lire également :

    Veilleux est revenu sur l’ensemble des quatre premiers matchs, mais surtout sur les commentaires émis par son vis-à-vis Jean-François Houle après la partie numéro 4 qui s’est soldée par une altercation impliquant le capitaine du Drakkar Félix Girard et le défenseur Daniel Walcott.

    Girard a été chassé pour quatre minutes pour avoir dardé et son geste a soulevé l’ire du pilote de l’Armada, qui n’a pas ménagé ses propos après la rencontre.
     
    «J’ai observé son point de presse à la télé et j’avoue que cela m’a empêché de dormir un peu», a imagé Veilleux qui n’entendait toutefois pas à rire.
     
    Le dirigeant n’a aucun problème à subir des attaques personnelles à son endroit, mais les choses sont différentes quand la cible visée est l’un de ses matelots.
     
    «Voir un entraîneur traiter mon joueur de "looser" à la télévision, c’est vraiment "cheap" et encore plus quand on connaît le joueur en question et tout ce qu’il a fait pour notre équipe et pour la ligue».
     
    Pouvoir
     
    Selon lui, cet exemple ne représente qu’une fine partie du problème.
     
    «Malheureusement, je ne possède pas le même pouvoir que Joël Bouchard quand vient le temps de parler et passer un message à travers les médias. Je ne peux pas me présenter à l’émission ''Le Match'' quand j’ai besoin de me plaindre à la télévision».
     
    Plutôt discret depuis le début de la confrontation, le pilote nord-côtier trouve que cela prend des proportions démesurées.
     
    «Au début, je ne me doutais pas de l’impact. Comme l’an dernier, le Drakkar passe encore pour le pas bon et le grand méchant et c’est pourquoi j’ai décidé qu’il était temps d’arrêter de se laisser faire».
     
    Tout en reconnaissant que les deux clubs sur la glace possèdent leurs forces et leurs faiblesses, Veilleux s’attendait de voir la présente série être très serrée et sait fort bien que rien n’est encore terminé.
     
    Il espère toutefois que le «pleurnichage» devant les médias et auprès des autorités du circuit va prendre fin.
     
    «Nous n’avons envoyé aucune cassette à la ligue et les deux "twits" de l’autre côté sont déjà rendus à six ou sept. C’en est ridicule».
     
    Pour en revenir au hockey, il n’a pas hésité lorsqu’interrogé à savoir si les deux dernières défaites et toutes ces déclarations ont perturbé l’esprit de ses hommes à l’aube du match numéro 5.
     
    «À ne pas en douter, nous allons être prêts», a-t-il assuré.

    Suite sur TVA Sports

Tous les articles sur TVA Sports

Les incontournables

  • Pas d'incontournable