CHAÎNES
PUBLICATIONS
TVA FILMS
BOUTIQUES
CONCOURS
NOUVELLES
Mobilité
Emploi
 

Nouvelles

TVA Nouvelles
  • 22 Juillet 2014 à 21h07

    GYM, InterBox et Pascal : c'est terminé

    La carrière de Jean Pascal vient de connaître un revirement majeur: l'association entre le boxeur et les promoteurs Groupe Yvon Michel (GYM) et InterBox est terminée.
     
    La décision de rompre l'entente a été prise mardi. L'agent new-yorkais de Pascal, Greg Leon, a confirmé la nouvelle à la chaîne TVA Sports.

    À voir et à lire également :

    «Ça faisait deux ou trois semaines que je sentais que la situation n'allait pas bien avec GYM, InterBox et par rapport à mon combat face à Tavoris Cloud, a plus tard expliqué Pascal à la chaîne TVA Sports. Nous n'avions qu'une entente de principe, mais j'espérais que la situation se règle.
     
    «Les conférences de presse étaient toujours annulées, repoussées. Je me doutais que ça allait mal tourner.»

    Évidemment, le combat prévu entre Pascal et Tavoris Cloud, qui devait se tenir le 27 septembre au Centre Bell, n'aura finalement pas lieu.

    D'ailleurs, evenko avait mis les billets pour l'événement en prévente sur son site web par erreur jeudi dernier. Le lien pour acheter les billets avait toutefois été retiré en début d'après-midi, puisqu'il restait encore des détails financiers à régler entre GYM et le clan de Cloud, ce que semblait ignorer evenko.
     
    À ce moment, le promoteur québécois avait indiqué qu'une conférence de presse devait avoir lieu en début de semaine pour confirmer le gala.
     
    De retour dans le ring?
     
    L'entraîneur de Pascal, Marc Ramsay, avait prévu que son protégé entame son camp d'entraînement à la fin du mois de juillet, probablement à Big Bear Lake, en Californie, comme lorsqu'il s'était préparé en vue de son affrontement avec Lucian Bute en janvier dernier.
     
    On ignore pour l'instant à quel moment le boxeur québécois pourra remonter dans le ring.
     
    «Pour l'instant, je n'ai pas de plan, je suis mon propre promoteur, a précisé le boxeur. Je vais tenter de voler de mes propres ailes, mais je n'écarte pas la possibilité de signer avec un autre promoteur.»
     
    Une fin au goût amer
     
    Pascal a passé toute sa carrière professionnelle sous l'aile de GYM, auquel il s'était joint en 2005. Au mois d'avril, la compagnie du Lavallois de 31 ans, Jean Pascal Promotions, avait signé un partenariat d'affaires pour ses deux prochains duels avec le GYM et InterBox.
     
    La fin d'un aussi long partenariat semble avoir laissé un goût amer au pugiliste.
     
    «Je voulais me battre, en juin, j'étais prêt, mais ils ont décidé de me mettre de côté, a raconté Pascal. On dirait qu'ils font exprès de me mettre de côté au Québec et je préfère mourir debout que vivre à genoux!»
     
    Le dernier combat de Pascal (29-2-1, 17 K.-O.) remonte en janvier 2014 quand il avait vaincu Bute, au Centre Bell.

    Suite sur TVA Sports

  • 22 Juillet 2014 à 21h07

    Manziel: un mois pour gagner ses épaulettes

    Johnny Manziel a peut-être conquis rapidement le cœur des partisans depuis que les Browns de Cleveland en ont fait leur premier choix, mais il devra tout de même attendre jusqu’au mois d’août pour savoir s’il obtiendra le poste de quart-arrière partant.
     
    Le jeune joueur charismatique, dont le gilet numéro 2 est devenu le plus vendu de la NFL, est en compétition avec son coéquipier Brian à cette position.
     
    L’entraîneur des Browns, Mike Pettine, a indiqué aux journalistes lundi que le quart-arrière partant sera nommé au cours de la troisième semaine du camp d’entraînement, si ce n’est pas plus tôt.
     
    Pettine devrait rencontrer mardi le coordonnateur offensif Kyle Shanahan et l’entraîneur des quarts-arrière Dowell Loggains pour décider quand les deux candidats verront de l’action lors des premières séances et matchs préparatoires.
     
    Hower a amorcé quatre parties dans la NFL depuis que les Patriotes de la Nouvelle-Angleterre lui ont fait parapher une entente en 2009, alors qu’il était un joueur automne non-repêché. Il a obtenu trois victoires en autant de départs la saison dernière avec les Browns.
     
    «Une décision pourrait être prise plus tôt et nous allons en discuter dans notre réunion», a affirmé Pettine au journal «Akron Beacon».
     
    «Je n’ai juste pas de date. Je ne sais pas si je vais fixer une date précise pour vous, mais ce sera avant la troisième partie préparatoire.»
     
    Les Brown joueront cette partie le 23 août contre les Rams de St. Louis.
     
    La Ligue a annoncé lundi que le chandail de Manziel avait été le plus vendu sur NHLShop.com durant le premier trimestre fiscal de l’année.
     
    Une cible sur la touche
     
    Pettine a également affirmé que la formation n’avait pas l’intention de couper les liens avec le receveur éloigné de premier plan Josh Gordon.
     
    Gordon faisait déjà face à une longue suspension pour avoir violé la politique antidopage de la NFL lorsqu’il s’est fait arrêter pour conduite avec facultés affaiblies.
     
    «Josh est un Brown. Nous voulons faire ce qu’il y a de mieux pour lui, a affirmé l’entraîneur au site “Cleveland.com”. Il a besoin d’aide. Peu importe de qui il est question, s’il porte l’uniforme des Browns, nous allons aider.»
     
    «Je ne pense pas que le retrancher soit la meilleure solution. Ce pourrait être la pire option pour nous et pour lui.»
     
    La NFL entendra l’appel de Gordon plus tard au cours du mois. Le joueur a été suspendu pour une durée indéfinie puisque c’est la troisième fois qu’il viole la politique antidopage.

    Suite sur TVA Sports

  • 22 Juillet 2014 à 21h07

    Zuccarello évite l’arbitrage

    Les Rangers de New York se sont entendus avec l’attaquant Mats Zuccarello, mardi, quelques jours avant de porter sa cause en arbitrage.
     
    Les détails du contrat d’un an n’ont pas été officialisés par l’organisation new-yorkaise. Cependant, le réseau TSN a rapporté que Zuccarello empocherait 3,5 millions $.
     
    Joueur autonome avec compensation, l’audience du Norvégien de 26 ans devait avoir lieu vendredi.
     
    L’an dernier, Zuccarello a mené les Rangers avec 59 points, dont 19 buts, en 77 rencontres. Il a ajouté cinq filets et huit mentions d’aide en 25 matchs éliminatoires.
     
    Le petit ailier gauche de 5 pi et 7 po et 179 lb n’a jamais été repêché. Ce qui ne l’a pas empêché de disputer 144 parties régulières dans la Ligue nationale de hockey, toutes avec l’équipe de la «Grosse Pomme». Au cours de sa carrière, il a récolté 93 points, dont 30 buts.
     
    De plus, Zuccarello a représenté la Norvège aux Jeux olympiques de Sotchi.
     
    Les Rangers doivent encore s’entendre avec les attaquants Chris Kreider et Derick Brassard. Leur cause sera débattue devant un arbitre, mercredi pour Kreider, et lundi dans le cas du Québécois.

    Suite sur TVA Sports

  • 22 Juillet 2014 à 21h07

    Mauvaise nouvelle pour Tulowitzki

    L’excellente saison de Troy Tulowitzki a pris un tournant inattendu mardi quand les Rockies du Colorado ont placé son nom sur la liste des blessés pour une période de 15 jours.
     
    La décision est rétroactive au 20 juillet.
     
    Le joueur d’avant-champ est blessé à la hanche gauche, lui qui domine le baseball majeur avec une moyenne au bâton de ,340 (107 en 315), ainsi que 18 doubles, un triple, 21 circuits, 52 points produits et 71 points marqués en 91 rencontres cette saison.
     
    Sa moyenne de présence sur les buts (,432) et son ratio présence/puissance (1,035) sont aussi les meilleurs du circuit.
     
    Tulowitzki a récemment agi comme capitaine de la Ligue nationale au match des étoiles.
     
    Depuis le début de sa carrière dans les majeurs, le Californien de 29 ans a disputé 961 rencontres, frappant pour ,299 avec 205 doubles, 24 triples, 176 longues balles, 604 points produits et 614 points marqués.
     
    Les Rockies ont sélectionné Tulowitzki au septième rang au total de l’encan amateur de 2005.
     
    Flande en renfort
     
    La formation de Denver a par ailleurs rappelé le lanceur gaucher Yohan Flande de leur club-école AAA de Colorado Springs.
     
    Celui-ci devrait obtenir le départ en soirée face aux Nationals de Washington.
     
    À son premier séjour avec les Rockies plus tôt cette année, la recrue de 28 ans a présenté un dossier de 0-2 avec une moyenne de points mérités de 7,36.

    Suite sur TVA Sports

  • 22 Juillet 2014 à 20h07

    Sanchez obtient sa chance

    Les Blue Jays de Toronto ont rappelé l’un de leur plus bel espoir, le lanceur Aaron Sanchez de leur club-école AAA des Bisons de Buffalo, mardi.
     
    Sanchez a été le 34e choix au total lors du repêchage du baseball majeur en 2010.
     
    Cette saison, le droitier de 22 ans a affiché un dossier de 0-3 avec une moyenne de points mérités de 4,19 en huit présences au monticule avec Buffalo.
     
    Le natif de la Californie a aussi évolué avec les Fisher Cats du New Hampshire au niveau AA, avec qui il a présenté une fiche de 3-4 avec une moyenne de 3,82 en 14 départs.
     
    Avec ces deux formations, Sanchez a alloué 88 coups sûrs en 100 manches et un tiers de travail, en plus de 57 buts sur balles. Il a aussi retiré 84 frappeurs sur des prises.
     
    Rogers et Goins de retour
     
    Par ailleurs, les Blue Jays ont également rappelé l’artilleur Esmil Rogers et le joueur d’arrêt-court Ryan Goins. Ils ont aussi envoyé le voltigeur Darin Mastroianni et le receveur Eric Kratz aux Bisons, en plus de libérer le lanceur Brad Mills.
     
    Rogers a entamé la campagne à Toronto, maintenant une moyenne de 6,97 en 16 apparitions comme releveur. Au niveau AAA, le Dominicain de 28 ans a présenté des statistiques de 3,14 en 12 parties, dont sept départs.
     
    Pour sa part, Goins en sera à un deuxième séjour dans la Ville Reine après avoir conservé une moyenne au bâton de ,150 en 24 matchs au début de la présente saison. Avec les Bisons, il a frappé pour ,285 en 79 parties, évoluant principalement au deuxième but.

    Suite sur TVA Sports

  • 22 Juillet 2014 à 19h07

    Les A's à Oakland pour 10 ans

    Les Athletics ont signé un contrat de location de 10 ans pour rester à Oakland.

    Le propriétaire de l'équipe, Lew Wolff, a indiqué mardi qu'après avoir analysé plusieurs modifications apportées au contrat par le Conseil municipal d'Oakland la semaine dernière, il a accepté de signer l'extension pour permettre aux A's de continuer à jouer au Colisée d'Oakland.

    À voir et à lire également : 

    Le contrat doit encore être approuvé la semaine prochaine, par le Comité des superviseurs du comté d'Alameda, qui avait déjà manifesté son soutien.

    L'extension a déjà été approuvée par le Bureau des autorités du Colisée d'Oakland et d'Alameda, une entité gouvernementale qui s'occupe de gérer l'amphithéâtre.

    Les A's évoluent au Colisée depuis 1968, mais l'édifice a connu plusieurs problèmes, notamment au niveau des égouts et de l'éclairage.


    Suite sur TVA Sports

  • 22 Juillet 2014 à 18h07

    Snedeker compte répéter son exploit

    Malgré son horaire chargé, l'Américain Brandt Snedeker se dit heureux d'avoir l'occasion de défendre son titre à l'Omnium canadien cette semaine.
     
    Il faut dire que ce tournoi du circuit de la PGA s'amorcera à compter de jeudi au Club de golf Royal Montréal alors que la plupart des meilleurs joueurs viennent de disputer l'Omnium britannique, de l'autre côté de l'Atlantique.
     
    À titre d'ambassadeur de la Banque Royale du Canada, le commanditaire principal de la compétition, Snedeker n'avait presque pas le choix de se présenter à Montréal. Mais selon le principal intéressé, sa présence ne se limite pas qu'à ça.
     
    «C'est toujours plaisant de revenir à un endroit où l'on a de bons souvenirs, a commenté Snedeker, mardi, en conférence de presse. En tant qu'ambassadeur RBC, c'est une grosse semaine pour nous. Et c'est excitant de revenir [au Canada] et de défendre ce titre.»
     
    Cette saison, Snedeker ne connaît pas les succès escomptés. En 19 tournois, il n'a réussi qu'à atteindre le top 10 à deux occasions. C'est bien peu pour celui qui avait triomphé lors de la Coupe FedEx en 2012.
     
    Toutefois, même s'il n'a jamais joué sur les allées du Club de golf Royal Montréal, le 35e joueur au classement mondial se voit bien répéter l'exploit de Jim Furyk de 2006 et 2007 et de s'adjuger les honneurs de ce tournoi lors de deux années consécutives.
     
    «Je n'ai jamais joué ici, mais j'ai entendu de bons mots à propos du parcours, a souligné Snedeker. Je me souviens d'avoir regardé la Coupe des Présidents à la télévision [en 2007] et j'ai réalisé que les derniers trous allaient être déterminants à savoir qui l'emporterait ou non. Je crois que ce sera la même chose cette année.»
     
    Un triomphe «chanceux»
     
    En 2013, la compétition était présentée à Oakville, en Ontario, au Club de golf Glen Abbey. De son propre aveu, Snedeker l'a emporté un peu en raison du facteur chance en raison de l'abandon de l'Américain Hunter Mahan, qui était en tête après les deux premières rondes. La femme du golfeur était alors sur le point de donner naissance à une petite fille.
     
    «J'étais au septième trou, samedi, quand j'ai remarqué que le nom de Hunter n'était plus sur le tableau des meneurs, s'est souvenu Snedeker. Je jouais alors une superbe ronde de golf. Je crois que j'ai terminé à huit ou neuf coups sous la normale.
     
    «Je me considère chanceux puisque Hunter jouait très bien et il aurait été très difficile à rattraper lors des deux dernières rondes. Je ne me rappelle plus le nombre de coups d'avance qu'il possédait, mais c'était énorme.
     
    «J'ai par la suite envoyé quelques cadeaux pour la petite Zoe. C'était une semaine spéciale pour nous, probablement quelque chose que nous nous rappellerons toute notre vie.»

    Suite sur TVA Sports

  • 22 Juillet 2014 à 18h07

    La confiance renouvelée d'Adam Hadwin

    Le Canadien Adam Hadwin n'est pas un habitué des tournois du circuit de la PGA. Pourtant, le golfeur de 26 ans connaît une bonne progression.

    Hadwin, qui évolue cette saison au sein du circuit de développement Web.com, participera à compter de jeudi à l'Omnium canadien du circuit de la PGA pour la cinquième fois de sa carrière, grâce à un laissez-passer. Malgré le fait qu'il foule pour la première fois les allées du Club de golf Royal Montréal, sur l'île Bizard, il aborde cette compétition avec une confiance renouvelée.

    «J'ai toujours travaillé très fort, mais je ne me concentrais pas sur les bonnes choses, a souligné Hadwin, mardi, lors d'une conférence de presse. [Toutefois], j'ai appris à m'entraîner efficacement.

    «De plus, je pense que je mettais trop de pression sur mes épaules pour être parfait. En ce moment, je me concentre sur le jeu court et les coups roulés pour diminuer les conséquences d'un mauvais coup de départ. Maintenant, je sais que ce n'est pas la fin du monde si je manque le vert.»

    Souvenirs de 2011

    En 2011, Hadwin avait fait écarquiller bien des yeux à l'Omnium canadien, qui était alors disputé à Vancouver. Il avait réussi le tour de force de terminer à égalité au quatrième rang. Cette journée-là, Hadwin est passé bien près d'écrire l'histoire du golf de l’unifolié puisque le dernier Canadien à avoir remporté ce tournoi remonte à 1954 lorsque Pat Fletcher s'était adjugé les grands honneurs.

    Hadwin, comme tous les autres golfeurs du pays, est bien au fait de cela.

    «Vous savez, c'est la première chose que les journalistes écrivent, que nous n'avons pas gagné depuis 60 ans, a continué celui qui réside avec une famille d'accueil cette semaine pour éviter les problèmes de circulation sur les routes montréalaises.

    «Contrairement aux meilleurs joueurs comme Tiger [Woods] et Adam Scott, notamment, nous n'essayons pas de jouer notre meilleur golf lors d'un événement en particulier. Nous voulons bien jouer chaque tournoi, a continué celui qui est originaire de Moose Jaw en Saskatchewan, mais qui habite maintenant en Colombie-Britannique. Oui, j'aimerais bien jouer, mais lors des dernières années, à l'exception de 2011, mon jeu n'était jamais à point à l'approche de l'Omnium canadien.»

    La PGA l'an prochain?

    Grâce à ses performances cette saison sur le circuit Web.com, Hadwin pourrait même obtenir une carte de la PGA l'an prochain.

    Il se situe actuellement au sixième rang du classement des boursiers du circuit, notamment en raison de sa victoire à la Classique du Chili au mois de mars dernier et des 117 000 $ américains associés à ce triomphe.

    Les 25 joueurs qui auront accumulé le plus d'argent lors de la saison 2014 du circuit Web.com obtiendront automatiquement une carte de la PGA pour 2015.

    Les Olympiques dans la mire

    Les Jeux olympiques en 2016 se dérouleront à Rio de Janeiro, au Brésil, et le golf fera un retour parmi les disciplines de ce prestigieux événement. En 1904, à St. Louis, le Canadien George S. Lyon avait remporté la médaille d'or, un fait qui réside bien confortablement dans la mémoire d'Hadwin.

    «En tant que Canadien, je sais cela, a-t-il répondu à un journaliste qui lui posait la question. J'aimerais bien y participer. Vous savez, représenter son pays dans la plus grande compétition, c'est le rêve de tout athlète amateur. Et maintenant, c'est possible au golf.»

    Hadwin fait partie des 19 Canadiens, donc les Mike Weir, Graham DeLaet et David Hearn, qui seront sur le tertre de départ dès jeudi.


    Suite sur TVA Sports

  • 22 Juillet 2014 à 18h07

    Torre, un Joe pas ordinaire

    Lorsqu’il a engagé Joe Torre pour diriger les Yankees de New York en 1995, George Steinbrenner avait effectué 22 changements au sein de l’état-major de la formation à ses 21 premières années à titre de propriétaire.

    Le gérant, qui fera son entrée au Temple de la renommée du baseball dimanche prochain, avait jusque-là été l’entraîneur des Mets de New York, des Braves d’Atlanta et des Cardinals de St. Louis pendant 14 saisons. Il n’avait participé qu’une seule fois à la Série mondiale, en 1982 avec les Braves, sans gagner un seul match.

    Torre a par la suite mené les «Bombardiers du Bronx» à quatre titres de la Série mondiale et à six championnats de la Ligue américaine.

    Avant son embauche, Steinbrenner était la première tête d’affiche dans le Bronx. Il se faisait voir quotidiennement dans tous les journaux. Avec Torre, le propriétaire se faisait beaucoup plus discret.

    Aux rencontres avec son personnel, le grand patron avait l’habitude de se placer d’un côté de la table, tandis que l’équipe d’entraîneurs s’assoyait en face.

    «Joe, lui, s’installait aux côtés de George pendant les réunions, a dit Tim McCarver, la voix des Yankees pendant trois ans au tournant du dernier millénaire. D’un point de vue psychologique, ce geste faisait d’eux des collègues de travail.»

    Et c’est pourquoi il sera admis au Temple de la renommée.

    Bonne première impression

    Dès sa première saison, en 1996, Torre a guidé les Yankees à 92 gains et à la consécration en Série mondiale, leur premier titre depuis 1978.

    «Ses amis avaient plus confiance en ses capacités d’être un gérant victorieux que lui-même, a continué McCarver, qui a aussi été un coéquipier de Torre avec les Cardinals en 1969, 1973 et 1974. Auparavant, Joe n’avait jamais vraiment eu d’équipes gagnantes. Si vous n’avez jamais gagné, vous pouvez avoir des doutes en tête. Mais Joe a géré la situation avec Steinbrenner avec beaucoup de confiance.»

    Le cas Pettitte

    En 1999, à la date limite des transactions, le propriétaire voulait échanger un Andy Pettitte chancelant. Torre et le directeur général Brian Cashman l’en ont dissuadé. Pettitte a par la suite remporté 145 parties en saison régulière et 13 en éliminatoires.

    «George avait la gâchette rapide pour les échanges lorsque les joueurs étaient dans un creux de vague, a expliqué McCarver. Joe, connaissant la nature cyclique des joueurs, arrivait à calmer les ardeurs de George.»

    «Joe et les directeurs généraux Bob Watson et Brian Cashman sont les artisans des quatre championnats. Pas George.»


    Suite sur TVA Sports

  • 22 Juillet 2014 à 18h07

    Un arbitre pour le moins expressif!

    Regardez comment ce flamboyant arbitre annonce les retraits au bâton dans une ligue amicale aux États-Unis…

    Il serait intéressant de voir ce que cela donnerait dans des rencontres du baseball majeur.

    À voir et à lire également

    Étirant son appel de la troisième prise avec vigueur, cet officiel provoque l’hilarité grâce à ses simagrées.

    «Strike! He got Gangnam styled! ("Prise! Il s’est fait faire le Gangnam Style!" traduction libre)», peut-on notamment l’entendre crier dans la vidéo.


    Suite sur TVA Sports

Tous les articles sur TVA Sports

Les incontournables

  • Pas d'incontournable